Cameroun : une trentaine de disparus après le naufrage d’un navire militaire

Par Jeune Afrique avec AFP

Des militaires camerounais. © Rebecca Blackwell BLACKWELL/AP/SIPA

Un navire de l’armée camerounaise a chaviré dimanche matin au large de Debunsha, avec à son bord 37 personnes dont des membres de la Brigade d’intervention rapide (BIR). Il n’y aurait pour le moment que trois survivants.

« Un bateau logistique du BIR baptisé « le Mundemba » en partance pour Bakassi pour un ravitaillement et ayant à son bord 37 personnes y compris l’équipage, a chaviré en mer au large de Debunsha le 16 juillet 2017 vers 6 heures, heure locale », a indiqué le même jour un communiqué de presse du ministère de la Défense. 

Une mission de secours, composée de patrouilles maritimes et aériennes, aurait aussitôt été  dépêchée sur la zone. « Trois soldats ont pu être secourus, mais le bateau semble avoir coulé au fond des eaux », précise le communiqué. 

Le navire de la BIR s'est échoué dimanche 16 juillet 2017 au large de Debunsha (sud-ouest du pays). Capture d'écran Google Maps

Le navire de la BIR s'est échoué dimanche 16 juillet 2017 au large de Debunsha (sud-ouest du pays). © Le navire de la BIR s’est échoué dimanche 16 juillet 2017 au large de Debunsha (sud-ouest du pays). Capture d’écran Google Maps

Une mer brusquement agitée

D’après la même source, « les circonstances du drame ne sont pas encore élucidées, mais les premières informations font état d’une mer qui s’est brusquement agitée ». Une cellule de crise et une commission d’enquête ont été mises en place pour coordonner les recherches et faire la lumière sur l’accident. 

La BIR, une unité d’élite de l’armée camerounaise, est aux avant-postes dans la lutte contre le groupe jihadiste Boko Haram, dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord. Elle œuvre également contre la piraterie maritime dans les eaux territoriales. 

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique