Zimbabwe : Robert Mugabe de retour après une visite médicale à Singapour

Par AFP

Le président zimbabwéen Robert Mugabe lors d'un discours à Masvingo, à environ 300 km au sud de la capitale Harare, en décembre 2016. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Le président zimbabwéen Robert Mugabe est rentré dans son pays samedi après une visite médicale à Singapour, a annoncé la radio-télévision nationale, mettant un terme aux spéculations sur le lieu où se trouvait le dirigeant âgé de 93 ans.

La Zimbabwe Broadcasting Corporation a rapporté que M. Mugabe, qui avait quitté son pays le 8 juillet, « avait été opéré des yeux dans le pays asiatique il y a quelques années » et y était retourné « pour un contrôle de routine ».

Le parti de Robert Mugabe, la Zanu-PF, avait été contrainte vendredi de repousser un meeting, ce qui avait relancé les spéculations sur l’endroit où se trouvait le président.

Ce voyage est le troisième effectué cette année par Robert Mugabe à Singapour pour des raisons médicales. 

Le système de santé du Zimbabwe n’a cessé de se dégrader ces dernières années, conséquence d’une fuite des cerveaux et de la crise financière qui détruit peu à peu les services publics du pays.

Robert Mugabe, qui règne sans partage sur le Zimbabwe depuis 1980 a d’ailleurs confié depuis longtemps sa propre santé à des médecins étrangers et va régulièrement se faire soigner à Singapour ou à Dubaï.

La santé du président zimbabwéen fait l’objet de rumeurs récurrentes au Zimbabwe. Deux journalistes avaient même été arrêtés quelques heures en mars pour avoir parlé de la « mauvaise forme » du président.

En 2015, plusieurs chutes en public ont fait planer le doute sur ses capacités. La même année, il a lu devant le Parlement un discours parfaitement identique à celui qu’il avait prononcé un mois plus tôt, manifestement sans s’en apercevoir.

En 2016, le gouvernement avait été obligé de démentir sa mort au cours de ses vacances annuelles passées en Asie.

Malgré ces rumeurs, M. Mugabe ne pense pas du tout à la retraite. Candidat à sa propre succession pour les élections de 2018, il s’est toujours gardé de désigner un successeur et assure qu’il compte régner jusqu’à ses 100 ans.

La Zanu-PF est elle profondément divisée au sujet du successeur de Mugabe : le vice-président Emmerson Mnangagwa fait partie des favoris, tout comme l’épouse du président, Grace Mugabe.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique