Fermer

Mohammed VI envoie une mission diplomatico-économique en Afrique de l’Est

Mohammed VI à Marrakech en novembre 2016. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Sur instruction de Mohammed VI, le roi du Maroc, une délégation d'acteurs économiques et politiques s'est déplacée en Éthiopie, au Rwanda. Elle ira aussi en Tanzanie, à Madagascar et en Zambie. Signe que, pour le souverain marocain, l'Afrique est une priorité.

Quelques jours après la clôture du sommet de l’Union africaine (UA), les diplomates marocains étaient de retour à Addis-Abeba. Mais cette fois-ci sous un angle purement bilatéral. Sur instruction royale, la secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Mounia Boucetta, s’est déplacée, le lundi 10 juillet, dans la capitale éthiopienne afin de faire le suivi des projets signés entre Mohammed VI et le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Dessalegn, en novembre 2016.

À la tête d’une délégation d’acteurs économiques, la secrétaire d’État a visité le futur emplacement du centre de formation dans les domaines de l’eau et l’irrigation, prévu pour 2019,  ainsi que le siège de l’Office chérifien des phosphates (OCP) à Addis-Abeba.

C’est à Dire Dawa, deuxième plus grande agglomération en Éthiopie, que l’Office chérifien va réaliser son plus grand investissement en dehors du Maroc : un projet de production d’engrais de 3,7 milliards de dollars en deux phases.

Après l’Éthiopie, la délégation marocaine s’est rendue au Rwanda. Mardi 11 juillet, la ministre, Mounia Boucetta, a fait le point avec les responsables rwandais sur la vingtaine d’accords signés par le roi et le président Paul Kagamé en octobre 2016. Au programme également, une visite du mémorial du génocide rwandais à Kigali.

C’est au Rwanda, que le laboratoire pharmaceutique, Cooper Pharma, avait signé un accord pour la construction d’une usine de médicaments qui fabriquera des antibiotiques bêta-lactamines. Le groupe immobilier, Palmeraie développement, s’est engagé, lui, à construire 5 000 logements économiques à Kigali. 

Colère royale

Au Maroc, le retard accusé par certains projets inaugurés par le roi est un sujet qui revient souvent au devant de l’actualité. Dans de pareils cas, le roi n’hésite pas à recadrer ses ministres. Dernier événement en date, le projet de développement du Rif, une région marginalisée en proie à de vives contestations depuis 8 mois. Certains ministres ont été même privés de vacances tant que les projets dont ils ont la charge n’auront pas connu d’avancées significatives.

En Afrique, le roi ne veut pas de fausse note. Le continent recèle d’importants enjeux diplomatiques et économiques pour lui. Après le Rwanda, la délégation marocaine se rendra en Tanzanie et ensuite à Madagascar, où le Maroc s’est engagé sur un énorme projet de valorisation du canal des Pangalanes (montant non encore défini). La Zambie sera la dernière station de cette visite d’inspection.