L’actu du 11 juillet : Bouaké, Kasaï, Tunisie, George Soros, Abou Bakr al-Baghdadi…

Par Jeune Afrique

Toute l'actu du 11 juillet 2017. © J.A.

Retrouvez toutes les informations de ce mardi 11 juillet dans notre fil d'actualité en direct.

19h30 : Deux représentants des démobilisés ont été inculpés ce mardi 11 juillet pour « trouble à l’ordre public ». Les deux hommes, porte-paroles d’un groupe d’anciens rebelles non-intégrés à l’armée après la crise postélectorale de 2010-2011, ont été placés sous mandat de dépôt à la prison de Bouaké. « D’autres interpellations devraient avoir lieu », a précisé à Jeune Afrique une source judiciaire sous le couvert de l’anonymat.


18h55 : Une information judiciaire a été ouverte en France suite au cambriolage commis dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 juillet au Consulat général de Tunisie à Lyon. Un « nombre important de passeports » a été dérobé, ainsi que de l’argent. Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs du cambriolage. En attendant, les numéros de série des passeports volés ont été annulés pour les rendre « inutilisables », affirment les autorités tunisiennes.


18h30 : Le navire des militants d’extrême droite destiné à « lutter contre l’immigration clandestine » au large de la Libye est en route pour la Méditerranée. Les groupuscules d’extrême droite, dont les « identitaires » français, sont parvenus à rassembler 76 000 euros auprès d’un millier de donateurs via une levée de fonds en ligne pour mener à bien cette opération. « Lors de notre mission, lorsque nous croiserons des bateaux remplis de clandestins, nous appellerons les garde-côtes libyens pour qu’ils puissent venir les secourir et nous veillerons à leur sécurité le temps de leur arrivée », a expliqué l’un des militants, interrogés par l’AFP. Pour rappel, les migrants qui transitent ou sont rapatriés en Libye vivent un calvaire, certains étant vendus sur de véritables marchés aux esclaves.


18h : Boko Haram a exécuté publiquement huit villageois qui s’opposaient à l’application rigoriste de l’Islam dans le nord-est du Nigeria. Une vidéo très violente visionnée par l’AFP montre les victimes, les yeux bandés, allongées face vers le sol et abattues à bout portant par quatre hommes armés et masqués. Les images montrent une foule qui exulte en assistant à cette scène. Aucun indice ne permet de savoir où ces images ont été tournées, ni à quelle date. Le message de Boko Haram semble être destiné à contredire les revendications régulières des autorités nigérianes affirmant que les jihadistes sont sur le point d’être vaincus.


17h50 : Le procès des suspects dans l’attentat au musée du Bardo s’est ouvert en toute discrétion, à Tunis, pour être immédiatement reporté sine die. L’audience qui s’est ouverte ce mardi 11 juillet devant un tribunal de Tunis n’avait fait l’objet d’aucune annonce publique. Sur le banc des accusés, 21 personnes, soupçonnées d’avoir participé à l’attentat du 18 mars 2015. Trois autres personnes, qui avaient été laissées libres, ne se sont pas présentées. Une trentaine d’autres, en fuite, seront poursuivies par contumace.  Le procès a été reporté et le parquet doit désormais fixer la date de la prochaine audience.


17h30 : La France annonce une baisse de ses aides au développement, des ONG dénoncent un « reniement » d’Emmanuel MacronGérald Darmanin, ministre français des Comptes publics, a annoncé avoir « trouvé 4,5 milliards d’euros d’économies » sur le budget de l’État en réduisant notamment le budget du ministère des Affaires étrangères qui sera amputé de 282 millions d’euros, « dont la moitié sera de la baisse de l’aide publique au développement ». « Mettre dans le même panier l’aide publique au développement et les frais de gestion des ministères, c’est considérer la lutte contre l’extrême pauvreté, les changements climatiques et les grandes pandémies mondiales comme accessoire », juge de son côté Friederike Röder, directrice France de l’ONG One, signataire d’un communiqué dénonçant ces baisses programmées.


17h10 : Soros l’Africain : notre enquête sur les réseaux du milliardaire américain, omniprésent sur le continent. Philanthrope, homme d’affaires, lobbyiste… Georges Soros, milliardaire américain, admiré par certains, vilipendé par d’autres, est omniprésent sur le continent. Qui est vraiment l’homme qui a tissé l’un des réseaux les plus puissants de la planète ?


17h00 : Assassinat des experts de l’ONU dans le Kasaï : l’avocat des suspects exige plus de preuves. Il faudra attendre encore quelques jours avant la reprise du procès sur le meurtre de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalán. Le tribunal militaire de Kananga, chef lieu de la province du Kasaï-central a, à nouveau, repoussé l’audience au 17 juillet. Me Serge Nseka, avocat de deux des suspects, livre à Jeune Afrique sa lecture de la procédure en cours.


16h05 : En Algérie, les absents ou les retardataires aux épreuves du bac auront droit à une seconde chance. Une session spéciale leur a été accordée par le président Abdelaziz Bouteflika, après que des milliers de candidats retardataires ont été refoulés en juin aux portes des centres d’examen. Pour éviter la réédition de la fraude massive de l’édition 2016, les autorités avaient décidé cette année de ne tolérer aucun retard, afin d’éviter que les retardataires ne profitent d’une éventuelle fuite des sujets sur Internet.


15h48 : En Tunisie, la croissance économique devrait atteindre 2,3 % en 2017, selon le FMI. Après deux années de croissance atone, le pays devrait renouer avec le dynamisme économique grâce à la bonne santé du secteur touristique et des phosphates. Un rebond terni par les mauvais chiffres de l’investissement. Celui-ci pâtit d’un taux de change surévalué et d’une confiance en berne deux ans après les attentats terroristes de 2015. Le FMI souligne également le creusement du déficit budgétaire, qui a augmenté de 10% au premier trimestre de l’année 2017.


14h20 : L’Observatoire syrien des Droits de l’homme affirme que le chef de l’État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, est mort. Cette annonce, relayée par l’Agence France-Presse, intervient au lendemain de la « libération » de Mossoul par les forces armées irakiennes, et revendiquée par le Premier ministre Haider al-Abadi. Si elle se confirme, cette mort marquerait un coup sérieux porté à la tête de l’organisation État islamique, dont Abou Bakr al-Baghdadi s’était proclamé le calife, en juin 2014.


13h50 : La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a validé ce mardi l’interdiction du port du niqab en public, édictée en Belgique en 2011, la jugeant « nécessaire dans une société démocratique ». Les juges ont suivi les arguments de la décision prise en 2014 dans un arrêt devenu jurisprudence validant la même interdiction édictée en France. La Cour avait été saisie de deux plaintes pour discrimination et violation de la vie privée, formulées par deux Belges et une Marocaine, toutes de confession musulmane. Les juges ont également validé les sanctions prévues pour les contrevenants. La loi belge prévoit une sanction pénale pouvant aller d’une amende jusqu’à une peine d’emprisonnement en cas de récidive. La Cour a relevé que l’application de ces sanctions n’est pas automatique.


13h30 : Le président sud-africain Jacob Zuma est persona non grata au congrès du Parti communiste (SACP), un des alliés de la coalition gouvernementale, a indiqué mardi cette formation politique, témoignant de l’effritement du soutien au chef de l’État embourbé dans une litanie de scandales. Le SACP a adressé une lettre en ce sens au Congrès national africain (ANC), le parti du président Zuma et de feu Nelson Mandela. « Compte tenu des tensions que nous avons (avec l’alliance gouvernementale), nous avons conseillé à l’ANC que le président ne s’exprime pas », au congrès qui se tient jusqu’à samedi à Johannesburg, a déclaré à l’AFP une porte-parole du SACP, Hlengiwe Nkonyane. Le SACP et la puissante centrale syndicale Cosatu, alliés historiques de l’ANC, fer de lance de la lutte contre l’apartheid, ont réclamé ces derniers mois la démission du président.


13h20 : Au Maroc, Nasser Zefzafi apparaît dans une vidéo « humiliante », la justice ouvre une enquête. Incarcéré depuis mai à la prison de Casablanca, le leader du Hirak, la contestation en cours depuis plusieurs mois dans le Rfi marocain, apparait dans une vidéo devenue virale en quelques heures sur la toile marocaine. On le voit visiblement filmé depuis une cellule, en train d’exhiber des parties de son corps, comme pour montrer qu’il n’a pas été violenté. La justice marocaine a ouvert une enquête.


11h39 : En Libye, le bilan des récents affrontements entre groupes rivaux à l’est de Tripoli est de quatre morts. D’après le ministère libyen de la Santé, deux travailleurs étrangers – dont la nationalité n’a pas été précisée – figurent parmi les victimes des combats, qui ont également fait 21 blessés. Ceux-ci ont éclaté dimanche soir à Garabulli, à 60 km de la capitale libyenne, et se sont poursuivis mardi à l’aube. Les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) avaient reçu l’ordre de repousser l’avancée de milices restées fidèles à l’ancien chef d’un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, qui s’étaient regroupés ces derniers jours près de Garabulli.


11h13Aux États-Unis, le policier acquitté pour le meurtre de Philando Castile, un homme noir de 32 ans, a démissionné. Jeronimo Yanez, 29 ans, avait été déclaré non-coupable à l’issue de son procès à la mi-juin. La police de la ville de St Anthony, où s’était déroulé le drame, a annoncé lundi qu’il quittait son emploi volontairement. Une démission qui doit « mettre un terme à l’un des chapitres de cette horrible tragédie », a déclaré la ville dans un communiqué.
Le 6 juillet 2016, Philando Castile avait été abattu au volant de son véhicule de plusieurs balles après avoir informé le policier qu’il possédait une arme à feu, pour laquelle il disait avoir un permis de détention. La scène s’était déroulée en présence de la compagne de la victime et d’une fillette de quatre ans. Filmée et retransmise en direct sur Facebook Live, sa mort et celle d’un autre Noir abattu par des policiers peu avant avaient provoqué de nouvelles manifestations dans tout le pays.


10h15 : Un prêt de 100 millions d’euros à la Tunisie a été approuvé par la Commission de l’Union européenne (UE). Il s’agit de la troisième et dernière tranche du programme d’assistance macrofinancière (AMF-I) de 300 millions d’EUR en faveur de la Tunisie, adopté en mai 2014.


9h40 : Comment Hamid Chabat a été évacué manu militari du siège du syndicat de l’Istiqlal, au Maroc.


EXCLUSIF : Le Rwanda refuse le visa à une délégation diplomatique française


9h30 : Notre sélection des 10 infos à connaître pour débuter la journée, c’est ici : JA, la newsletter du 11 juillet 2017.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique