Maroc : à Marrakech, la publicité et le Street Art se disputent les murs

La fresque d'Hendrik Beikirch, recouverte par une publicité pour une banque, ce samedi 8 juillet à Marrakech. © DR

Le dessin du street artiste allemand Hendrick Beikrich sur le mur de la rue El Ikhaa à Marrakech a été masqué samedi dans la matinée par une affiche publicitaire de la banque Umna Bank. Une action marketing qui a indigné les internautes marocains.

Ce n’est pas sans surprise que les Marrakchis ont découvert, ce samedi 8 juillet 2017 au matin, un changement plus que notable dans le paysage urbain de leur ville. En face de la grande gare ferroviaire, le mur porteur de l’oeuvre d’Hendrik Beikrich, devenue symbolique de Marrakech, se voyait recouvert d’une affiche publicitaire pour une banque participative : Umnia Bank.

Depuis 2014, le « street artist » Hendrik Beikrich s’est lancé dans le projet « Trancing Morrocco ». Face à la modernisation constante du pays, l’artiste allemande avait alors choisi de mettre en avant les travaux artisanaux menacés de disparition.

Aziz, le berger qui a su gagner les cœurs

Sous son pinceau, le peintre a pu ainsi faire voyager les portraits de dizaines de travailleurs marocains à travers les plus grandes villes du monde. En 2016, c’est l’inverse. Cette fois, c’est un portrait qui a pu retrouver le pays natal de son modèle : celui d’Aziz le berger, qui décore depuis le paysage urbain de Marrakech.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Aziz le berger a su gagner le cœur des Marrakchis. L’indignation a été immédiate, dès que des photos de l’affiche publicitaire masquant le portrait ont été postées sur les réseaux sociaux. Des messages de soutien à l’artiste allemand ont été relayés, ainsi que de vives critiques à l’encontre de la banque en question.


Face à l’agitation des internautes, c’est aussi sur les réseaux sociaux que les principaux visés par les critiques ont répondu. Via son compte Twitter, la banque CIH, qui détient 40% de la Umnia Bank,  a annoncé le retrait de l’affiche publicitaire, remerciant au passage les internautes indignés pour leur « mobilisation » et leur « esprit participatif ». Le compte officiel de Umnia Bank a pour sa part choisi Facebook pour réagir à l’affaire, en « remerciant » les habitants.

L’affiche, elle, a été retirée dès le samedi après-midi. Preuve que la mobilisation des internautes a rapidement porté ses fruits.

Pour montrer sa bonne foi, dans un nouveau message, la Umnia Bank a rappelé son respect et son amour pour le street-art, en annonçant qu’elle était fière que ce portrait se trouve sur la façade du mur de sa nouvelle agence.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici