Fermer

Maroc : le parc éolien de Tarfaya entre en service

Par Jeune Afrique

Tarfaya est la plus grande ferme éolienne d'Afrique actuellement en service. © Reuters

L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne a nécessité plus de 450 millions d'euros d'investissements.

Deux ans de travaux, mobilisant plus de 700 employés, ont été nécessaires, mais le résultat est là : l’exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, dans le sud de la côte Atlantique du Maroc, a débuté.

Avec 131 éoliennes d’une puissance de 2,3 mégawatts réparties sur une zone de 8 900 hectares et représentant une capacité totale de 301 mégawatts, c’est actuellement la plus grande ferme éolienne du continent – seul le complexe de Zafrana, en Egypte, qui lui en revanche compte plus de 6 projets éoliens distincts, dispose d’une puissance supérieure, estimée à 600 MW.

Lire aussi : 

La première centrale solaire du Maroc opérationnelle en 2015

L’Ethiopie inaugure la plus grande ferme éolienne au sud du Sahara

Éolien : le Maroc fait tourner les têtes

450 millions d’euros

Réalisé par Taraya Energy Project (Tarec), une société de droit marocain détenue à parts égales par Nareva Holding (filaile du holding royal SNI) et le groupe énergétique français GDF Suez, le projet de Tarfaya a demandé 5 milliards de dirhams d’investissements (450 millions d’euros), mobilisés en fonds propres apportés par les deux porteurs du projets et grâce à un financement obtenu auprès d’un consortium bancaire marocain composé d’Attijariwafa Bank, du groupe Banque Populaire et de BMCE Bank.

La centrale de Taraya a été contruite pour  » fournir l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (Onee) du Maroc en électricité dans le cadre d’un contrat d’achat d’une durée de 20 ans, sur une base Boot (« Build, Own, Operate and Transfer ») », note GDF Suez dans un communiqué.

Renouvelable

Pour sa part, Tarec, opérateur du parc éolien, indique qu’il « permettra une production de plus de 1 000 GWh/an, soit la production nécessaire pour alimenter une ville de près d’un million et demi d’habitants, comme Marrakech contribuant ainsi au renforcement de l’indépendance énergétique du Maroc ».

Sa capacité représente 15 % de l’objectif de 2 gigawatts que s’est fixé le Maroc en matière de développement éolien. Le pays d’Afrique du Nord, qui investit également dans l’énergie solaire, prévoit de s’alimenter 42 % des capacités installées d’origine renouvelable d’ici 2020.