Fermer

Maroc : 215 hectares de forêts ravagés par le feu à Tanger

Des Canadair ont été utilisés pour éteindre l'incendie qui vient de ravager le domaine forestier de Tanger. © Javiramos43/CC/wikimedia commons

Le Maroc vient de connaître le feu de forêt le plus ravageur de son histoire. L'incendie a réduit en cendres les deux tiers du domaine forestier de Tanger.

550 hommes mobilisés, trois jours de lutte acharnée, 215 hectares de forêts réduits en cendres… Tanger a vécu ces derniers jours le feu de forêt le plus ravageur jamais connu au Maroc. Selon les statistiques du Haut commissariat des eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLD), les 96 départs de feu enregistrés au 1er semestre 2017 ont touché 145 hectares. Mais les premiers jours du mois de juillet vont aggraver ce bilan.

Tout a commencé en fin d’après midi, vendredi 30 juin, lorsqu’un premier foyer s’est déclaré dans la forêt de Médiouna, qui fait partie du patrimoine forestier de Cap Spartel. Après une intervention terrestre qui a duré près de six heures, les éléments de la protection civile sont parvenus à maîtriser l’incendie et à limiter les dégâts à trois hectares de forêt ravagés. Mais le répit n’a été que de courte durée…

Trois jours pour éteindre l’incendie

Dès le lendemain matin, samedi 1er juillet, l’incendie reprend encore plus violemment, favorisé par des rafales de vent − le « chergui » − , atteignant les 80 km/heure. Les flammes ont ainsi pu gagner d’autres sites forestiers voisins, notamment ceux de Slokia et Achakar.

La mobilisation a été générale avec l’intervention des renforts des Forces auxiliaires, des Forces armées royales, de la Gendarmerie royale ainsi que des autorités locales. En plus des moyens techniques terrestres, les Forces armées royales ont déployé leur flotte de Canadair et Turbo Trush pour maîtriser les foyers d’incendie.

L’opération a finalement duré trois jours avant que le brasier ne s’éteigne. Son origine n’a pas encore été déterminée.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro