En Ouganda, tenue « correcte » exigée pour les fonctionnaires

Par Jeune Afrique

Une femme photographiée en Ouganda en juin 2017. © Ben Curtis/AP/SIPA

Fini les ongles trop longs, les tresses trop colorées, les mini-jupes pour les femmes, ou encore les chemises à manches courtes pour les hommes. Le ministère ougandais de la Fonction publique a diffusé en début de semaine une note à l'attention de tous les fonctionnaires. Désormais ils doivent adopter des tenues vestimentaires « correctes » sur leur lieu de travail.

En Ouganda, les fonctionnaires ne portant pas d’uniformes devront désormais se plier à un code vestimentaire strict. Dans une circulaire rendue publique en début de semaine et relayée par la BBC, le ministère de la Fonction publique a établi une liste de directives à l’attention de ses employés afin qu’ils s’habillent « décemment ».

Dérivé des règles permanentes de la fonction publique sur le code vestimentaire, mises en place en 2010, le texte semble cibler principalement les tenues féminines. Les fonctionnaires sont ainsi invitées à ne pas porter de décolleté, de chemisiers sans manches, de jupes arrivant au-dessus des genoux, ou encore de vêtements trop serrés. Les tresses ou extensions de cheveux aux couleurs vives sont également à proscrire, de même que les ongles de plus de 3 centimètres ou multicolores. Enfin, le maquillage des femmes travaillant dans la fonction publique doit être « simple » et pas « exagéré ».

Pas de « chaussures ouvertes » pour les hommes

De leur côté, les hommes devront porter des « chemises à manches longues », avec « une veste et une cravate ». Pendant leurs heures de travail, ils ne pourront en revanche pas porter de « chaussures ouvertes ». Une règle qui ne tolère qu’une exception : les « raisons de santé ».  Le port des cheveux longs et les pantalons trop serrés sont également interdits.

Interviewée par la BBC, Adah Muwanga, la directrice des ressources humaines au ministère de la Fonction publique, a justifié ce code vestimentaire en indiquant avoir déjà reçu plusieurs plaintes faisant état de femmes fonctionnaires habillées de façon « inacceptable ». Mais sur les réseaux sociaux, les internautes n’ont pas caché leur étonnement devant ces recommandations.

« C’est le piège de l’héritage colonial ! »

« Le service civil devrait se concentrer sur l’efficacité et la productivité […]. Les vêtements ? Laissez les hommes et les femmes avoir la liberté de choisir », a publié la médecin ougandaise Maggie Kigozi sur Twitter.

« Un code vestimentaire pour les fonctionnaires ! C’est le piège de l’héritage colonial ! Concentrez-vous sur les compétences et l’ingéniosité. Regardez Barack dans le bureau ovale ou Steve (Jobs) au travail ! », a tweeté de son côté l’ancien conseiller présidentiel pour la Recherche Rwakakamba Morrison.

Le porte-parole adjoint au gouvernement, Shaban Bantariza, a répondu à cette dernière critique sur le réseau social, assurant que « code vestimentaire et prestation des services n’entrent pas en contradiction ».