Sénégal : l’armée s’interroge sur une possible menace de déstabilisation en Gambie

Des troupes sénégalaises de la Micega à Barra, en Gambie, en janvier 2017. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Dans un rapport daté de fin juin, les renseignements militaires sénégalais s'inquiètent d'une possible présence de partisans de Yahya Jammeh en Mauritanie, en Guinée-Bissau et en Guinée, qui pourraient selon eux tenter de déstabiliser la Gambie.

Dans un rapport confidentiel du 27 juin, que Jeune Afrique et RFI ont pu consulter, les renseignements militaires sénégalais demandent à différentes composantes de l’armée de vérifier certaines informations au sujet d’une éventuelle menace de déstabilisation pesant sur la Gambie.

Selon ce rapport, qui évoque des « informations non encore recoupées », près de 300 déserteurs de l’armée gambienne seraient présents en Mauritanie et en relation avec l’ancien président Yahya Jammeh, exilé en Guinée équatoriale depuis son départ de Gambie, le 21 janvier dernier. Toujours d’après ce document, ces ex-militaires gambiens « envisageraient de déstabiliser » leur pays d’origine.

Des informations qui « méritent d’être prises au sérieux »

Les renseignements militaires sénégalais s’interrogent également sur de possibles missions effectuées par des hauts gradés fidèles à Jammeh en Guinée-Bissau et en Guinée, deux autres pays où des « partisans » de l’ancien président gambien – notamment des « jungulers », qui constituaient des sortes d’« escadrons de la mort » du régime déchu – sont suspectés de s’être réfugiés après son départ.

S’inquiétant d’une hypothétique « jonction » entre ces pro-Jammeh basés à l’étranger et ceux restés en Gambie, le rapport affirme que ces informations, bien que non confirmées, « méritent d’être prises au sérieux ». Il demande donc à ses destinataires d’être vigilants face à une menace de déstabilisation « qui ne vise pas que la Gambie ».

Des menaces de déstabilisation « réelles » selon Mankeur Ndiaye

À Dakar, les autorités surveillent toujours de près la situation politique et sécuritaire en Gambie. Le 15 juin, à l’occasion d’une visite de son homologue français Jean-Yves Le Drian au Sénégal, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, avait affirmé que les menaces de déstabilisation en Gambie étaient « réelles ». Interrogé par les journalistes, il avait toutefois refusé d’en dire plus sur ce sujet.    

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique