Fermer

Côte d’Ivoire : « grève illimitée » des agents de l’entreprise pétrolière publique

Par Jeune Afrique avec AFP

Vue d'une raffinerie de pétrole. © Dirk Ingo Franke/CC/Flickr

Les employés de la Société nationale des pétroles de Côte d’Ivoire (Pétroci) ont déclenché un mouvement social pour dénoncer « la mauvaise gestion » de l’entreprise publique.

« Des dépenses incongrues du directeur général, des voyages en jet privé et des contrats farfelus », ont énuméré les manifestants. Autant de griefs qui ont poussé les agents de Pétroci à annoncer une « grève illimitée » suite à l’appel du Syndicat national des entreprises pétrolières de Côte d’Ivoire.

« Nous sommes en grève jusqu’à ce que le gouvernement prenne ses responsabilités concernant la mauvaise gestion de Pétroci », a affirmé à l’AFP Ange-Didier Koutouan, le porte-parole des employés.

Un millier d’employés

« Nous réclamons un plan social » en cas de licenciement dans le cadre d’un projet de privatisation des actifs de l’entreprise, a-t-il également souligné.

La Pétroci, qui gère l’exploration, la production et la distribution de pétrole, emploie un millier de personnes en Côte d’Ivoire. Avec 28 champs pétrolifères identifiés, dont 23 attribués à des opérateurs étrangers, la production du pays a doublé entre juin 2015 et juin 2016 pour atteindre 45 000 barils par jour, selon les chiffres officiels.

Cette augmentation est due à la mise en exploitation de nouveaux champs, avait précisé en novembre le porte-parole du gouvernement Bruno Koné, rappelant « l’ambition » de produire 200 000 barils par jour d’ici 2020.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro