Côte d’Ivoire : perquisition à Abidjan au domicile de « Soul to Soul », le directeur du protocole de Guillaume Soro

Guillaume Soro quitte le palais présidentiel après une rencontre avec Alassane Ouattara, le 13 mars 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Le domicile de Souleymane Kamagaté, alias "Soul to Soul", le directeur du protocole de Guillaume Soro, a été perquisitionné lundi à Abidjan. C'est dans une villa lui appartenant à Bouaké qu'une cache d'armes avait été découverte le 15 mai alors que des mutineries secouaient le pays.

« Soul to Soul » n’en a pas terminé avec la justice ivoirienne. Le directeur du protocole de Guillaume Soro, Souleymane Kamagaté de son vrai nom, a vu son domicile des Deux-Plateaux à Abidjan perquisitionné lundi 3 juillet, a-t-on appris auprès de l’entourage du président de l’Assemblée nationale. La perquisition menée par la gendarmerie a débuté à 10h30 (heure locale) et s’est achevée en milieu d’après-midi seulement.

L’information a été confirmée à Jeune Afrique par le procureur de la République, Richard Adou, qui a en revanche refusé de confirmer si Soul to Soul avait reçu une cinquième convocation pour être entendu jeudi par la brigade de recherches de la gendarmerie, comme l’affirment les proches de Guillaume Soro.

Les proches de Guillaume Soro s’insurgent

Ces derniers ont également indiqué que la perquisition a été effectuée sans mandat et qu’ils ont fait constater cette situation par un huissier. « Dans cette procédure, nous sommes autorisés à effectuer des perquisitions sans mandat sur l’ensemble du territoire ivoirien », répond Richard Adou.

Lundi, un autre proche du président de l’Assemblée ivoirienne, Souleymane Zébre, était entendu par les enquêteurs.

Le 15 mai, alors que des mutineries secouaient la Côte d’Ivoire, une importante cache d’armes avait été retrouvée dans une villa appartenant à Soul to Soul. Ce dernier avait été auditionné à plusieurs reprises fin mai et début juin, dans le cadre d’une enquête ouverte fin mai par la justice ivoirienne.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici