Fermer

Tchad : le FMI approuve un prêt de plus de 300 millions de dollars sur trois ans

Dans le centre ville de N'djamena, en 2007. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Le conseil d'administration du FMI a approuvé un accord triennal de 312,1 millions de dollars pour le Tchad, soit 160% du quota du pays, dans le cadre de son programme de facilité élargie de crédit (FEC). Annoncée dans un communiqué publié le 30 juin, cette décision autorise un premier décaissement immédiat de 48,8 millions de dollars.

Ce prêt de 312,1 millions de dollars réparti sur trois ans vise à soutenir la stratégie de stabilisation et de relance du pays. Le conseil d’administration du FMI a également entériné l’annulation du programme de FEC précédent. Dans son communiqué, le FMI estime que les politiques prévues par le nouvel accord vont permettre de catalyser un soutien accru des partenaires du Tchad.

Ce programme du FMI vise à aider le pays à restaurer sa stabilité macro-économique et à poser les fondations d’une croissance robuste et inclusive. Selon David Lipton, premier directeur général adjoint du FMI, il va permettre la stabilisation de la position fiscale et externe du pays et la viabilisation de la dette, « par la restructuration de la dette commerciale extérieure, la mise en place d’une politique budgétaire prudente et la reprise de la croissance ».

Approche régionale coordonnée

« Le nouveau plan national de développement, qui devrait bientôt être disponible, constituera une étape importante à cet égard », a-t-il ajouté.

La stratégie de ces réformes s’inscrit dans une approche régionale coordonnée, mise en place lors du sommet extraordinaire des chefs d’État de la CEMAC, en décembre 2016, afin de préserver la stabilité de la zone.

Un premier décaissement de 48,8 millions de dollars était déjà disponible, vendredi 30 juin. Le reste du prêt sera décaissé progressivement au cours des trois prochaines années, et conditionné à des audit semestriels.

Mauvaises performances macro-économiques

« Les performances financières et macro-économique du Tchad se sont fortement détériorées au cours des deux dernières années, dans un contexte de baisse des prix du pétrole, de tensions sécuritaires régionales et du lourd fardeau de la dette commerciale extérieure. En 2016, le PIB hors pétrole a diminué de 6%, après une baisse de 2,9% en 2015 », a mis en garde David Lipton.

Dans un communiqué publié le même jour, le FMI a également annoncé que ses audits avaient révélé des décaissements non conformes au programme de facilité de crédit accordé en août 2014. De fait, le pays n’a pas divulgué au FMI, fin 2016, l’accumulation d’arriérés de paiement de sa dette extérieure, à hauteur de 46 millions de dollars ; ce qui a entraîné une violation du critère de performance continue fixé par l’institution.