Fermer

Darfour : pour Khartoum, le conflit est un « chapitre clos »

Par AFP

Un enfant sur son âne passe devant un blindé de la mission de maintien de le paix au Darfour (Minuad), le 19 juin 2017 à Jebel Marra, au Darfour. © ASHRAF SHAZLY / AFP

La décision des Nations unies de réduire la mission de maintien de la paix au Darfour (Minuad) montre que le conflit dans cette région du Soudan est un "chapitre clos", selon le ministre soudanais des Affaires étrangères.

Khartoum faisait pression depuis des mois pour le retrait des Casques bleus du Darfour.

Le Conseil de sécurité a approuvé jeudi à l’unanimité une résolution proposant de réduire d’au moins 30% le nombre de militaires et de policiers servant au sein de la Minuad –une mission conjointe entre l’ONU et l’Union africaine–, suite aux pressions américaines pour couper quelque 600 millions de dollars dans le budget des Casques bleus.

Déployée en 2007, la Minuad compte actuellement 17.000 hommes chargés de lutter contre les violences au Darfour, une région de l’ouest du Soudan où des groupes armés issus de minorités ethniques s’estimant marginalisés avaient lancé une rébellion en 2003 contre le régime du président Omar el-Béchir.

Le conflit a coûté la vie à 300.000 personnes et en a forcé plus de 2,5 millions à fuir, estime l’ONU.

« Le ministère des Affaires étrangères salue la réduction de la Minuad », selon un communiqué publié vendredi soir à Khartoum.

La résolution de l’ONU « confirme que le Darfour est désormais un chapitre clos et que la paix est de retour dans la région », ajoute le texte.

Le Conseil de sécurité a approuvé une réduction progressive des Casques bleus de la Minuad qui doit se faire en deux phases sur une période de six mois.

Khartoum faisait pression depuis des mois pour le retrait des Casques bleus du Darfour, assurant que cette région ravagée par la guerre est désormais pacifiée, ce dont doutent des diplomates et des experts.

Dans le Jebel Marra, une zone montagneuse à cheval sur trois États du Darfour des combats sporadiques continuent d’opposer les troupes gouvernementales aux rebelles.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro