Afrique du Sud : le dalaï-lama, persona non grata ?

Écrit par Mathieu Olivier

Le dalaï lama, le leader tibétain. © AFP

Le dalaï-lama est-il toujours persona non grata en Afrique du Sud ? Pour la troisième fois en seulement cinq ans, le leader tibétain se serait vu refuser un visa d'entrée alors qu'il devait participer au 14e sommet réunissant les lauréats du prix Nobel de la Paix, qui se tiendra pour la première fois au Cap, le mois prochain.

Décidément, le dalaï lama ne semble pas le bienvenu en Afrique du Sud. Pour la troisième fois en cinq ans, le leader tibétain n’aurait pas obtenu de visa pour entrer sur le territoire sud-africain. Il est invité à assister au 14e sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la Paix, le mois prochain à Cape Town, selon le quotidien Cap Times.

Le sommet est organisé par un comité local d’organisation formé par les fondations représentant les quatre lauréats d’Afrique du Sud, l’archevêque Desmond Tutu, Nelson Mandela, Frederik de Klerk et Albert Luthuli.

Le représentant du dalaï lama en Afrique du Sud affirme ainsi que le département des relations internationales et de la coopération l’a contacté la semaine précédente pour dire qu’il ne serait pas accordé de visa. "Pour le moment, le dalaï lama a annulé son voyage en Afrique du Sud", a annoncé le représentant. Certains lauréats du prix Nobel auraient d’ores et déjà annoncé qu’ils ne participeraient pas à l’événement si le dalaï lama n’était pas présent.

"Je ne vois pas pourquoi on en fait tout une histoire"

De son côté, le porte-parole de la diplomatie sud-africaine se refuse à confirmer l’information, en indiquant que la demande est en cours.

Il est largement admis que la raison pour laquelle le visa du dalaï-lama aurait été refusé est la proximité entre l’Afrique du Sud et la Chine. En 2009 déjà, une conférence de paix à Johannesburg avait été annulée à la suite du même refus qui avait occasionné l’absence du leader tibétan. Desmond Tutu et Frederik De Klerk, qui devaient y assister, s’étaient retirés, de même que le directeur exécutif du Comité Nobel, Geir Lundestad.

En 2011 encore, le dalaï lama avait annulé sa visite à Desmond Tutu en disant qu’il n’avait pas réussi à obtenir de réponse à sa demande de visa. Enfin, en 2013, il avait encore dû annuler son voyage alors qu’il prévoyait d’assister aux obsèques de Nelson Mandela.

Interrogé pour savoir si le dalaï lama aurait obtenu son visa s’il n’avait pas annulé son voyage, le vice-président Kgalema Motlanthe, cité par le quotidien The Star, avait alors répondu : "Bien sûr. Il est déjà venu ici. Je ne vois pas pourquoi on en fait tout une histoire". Il semble que le Premier ministre puisse une nouvelle fois être pris à défaut.

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici