Le Gabon reçoit 18 millions de dollars pour la protection de ses forêts

Par Jeune Afrique

Les forêts du bassin du Congo représentent 90% des forêts tropicales en Afrique et environ 80% de la biodiversité africaine. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

L’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale a annoncé, dans un communiqué publié mardi 27 juin, avoir signé avec le gouvernement gabonais un pré-accord de 18 millions de dollars. Objectif : planifier et surveiller l’utilisation des terres, afin de protéger 23 millions d’hectares de forêt tropicale.

Le gouvernement gabonais et l’Initiative pour la forêt en Afrique centrale (Cafi) ont signé une lettre d’intention pour allouer 18 millions de dollars à la protection des forêts du pays et pour accélérer la lutte contre le changement climatique, a-t-on appris dans un communiqué publié le mardi 27 juin. « Le Gabon se donne les moyens avec Cafi de réduire de 50% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, par rapport à 2005 » peut-on lire dans le document

Trois objectifs

La lettre d’intention prévoit trois objectifs : l’élaboration d’un plan national d’affectation du territoire, qui permettra au pays de poursuivre son développement agricole en maîtrisant la déforestation, la mise en place d’un système d’observation des forêts et des ressources naturelles, et la mise en œuvre d’une gouvernance forestière renforcée.

Pour surveiller les résultats de ces politiques, le pays va utiliser un système d’observation terrestre et satellitaire des forêts et des ressources naturelles, qui devra permettre, entre autres, de réagir rapidement en cas de déforestation illégale.

« Cet accord est un grand pas en avant. Le Gabon s’engage à des mesures qui, une fois en œuvre, préserveront 98% de ses forêts », a assuré Vidar Helgesen, ministre norvégien du Climat et de l’environnement et président de Cafi.

Des financements norvégiens

Le Cafi est une initiative créé en 2015 pour lutter contre la déforestation et qui réunit la RDC, le Congo Brazzaville, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon, la Centrafrique et des bailleurs de fonds. À l’origine de cette initiative, la Norvège fournit l’essentiel des financements.

En moins de deux ans, le Cafi a conclu deux accords, le Gabon étant le second pays à s’engager, après la République Démocratique du Congo. Le Gabon dispose d’un des plus haut taux de couverture forestière au monde, les forêts recouvrant 88% de son territoire.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique