Fermer

Mali : le Vatican confirme que Jean Zerbo sera bien le premier cardinal du pays

Par Jeune Afrique avec AFP

Le pape François rencontre les cardinaux peu après son élection, le 15 mars 2013 au Vatican. © AP/SIPA

L'archevêque malien Jean Zerbo deviendra bien le premier cardinal de l'histoire du Mali, mercredi 28 juin. Le Vatican l'a confirmé ce lundi, donnant tort aux rumeurs qui circulaient depuis quelques semaines.

Le pape nommera mercredi 28 juin, comme annoncé, cinq nouveaux cardinaux lors d’un consistoire, a indiqué mardi 27 juin le service de presse du Vatican, mettant ainsi fin aux rumeurs sur une absence à Rome de l’archevêque malien Mgr Jean Zerbo. Ce dernier, âgé de 74 ans sera donc bien, dès demain, le premier cardinal de l’histoire du Mali. Il recevra une « barrette » pourpre − une coiffe ecclésiastique en forme de toque quadrangulaire −, au côté d’un Suédois, d’un Espagnol, d’un Laotien et d’un Salvadorien. Des rumeurs dans plusieurs journaux avaient évoqué cette semaine un subit désistement de Jean Zerbo pour raisons de santé.

Par ailleurs, en mai, d’autres avaient fait le lien entre lui et l’affaire des Swissleaks, puisque l’Église malienne s’était vue accusée de posséder des comptes en Suisse. D’après le site Sahelien.com et le quotidien français Le Monde, Mgr Jean Zerbo ainsi que d’autres responsables de l’Église malienne, auraient pendant plusieurs années eu accès à des comptes bancaires en Suisse. Ouverts en 2002 par la CEM, ces comptes auraient été crédités en 2007 de douze millions d’euros, affirment les deux journaux.

Fin mai, la petite Conférence épiscopale du Mali (CEM) avait démenti ces informations et assuré fonctionner « en toute transparence », soulignant qu’« aucun évêque n’agit à titre personnel dès lors qu’il s’agit d’une mission qui lui a été confiée par ses pairs ».

Un homme engagé dans le dialogue interreligieux

L’annonce, le 21 mai, du choix de Mgr Zerbo parmi les cinq nouveaux cardinaux que doit créer le pape François mercredi avait été saluée par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. « Cette nomination est un grand honneur pour toute l’Église catholique d’Afrique mais plus encore pour l’Eglise catholique du Mali », avait-il souligné. Particulièrement engagé dans le dialogue interreligieux, le prélat a joué un rôle actif dans les négociations de paix au Mali.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro