Fermer

RDC : dix nouvelles fosses communes découvertes dans le Kasaï

Par Jeune Afrique

Des soldats congolais à Kitumba (RDC), en 2013. © Joseph Kay/AP/SIPA

Dix nouvelles fosses communes ont été découvertes dans la province du Kasaï, secouée par des violences qui ont fait au moins 3 300 morts depuis août 2016. Le procureur de la République, qui a annoncé cette découverte lundi, a également indiqué avoir obtenu l’autorisation d’ouvrir une enquête sur le député Clément Kanku, soupçonné d’avoir encouragé les exactions.

C’est une nouvelle découverte macabre, faite par des employés de la Croix-Rouge congolaise dans la province du Kasaï. Une découverte confirmée par les autorités judiciaires congolaises. « Le commandement opérationnel vient de découvrir d’autres fosses communes sur l’axe Tshikapa-Sumbula-Diboko », a précisé en conférence de presse le procureur général de la République, Flory Kabange Numbi.

Alertée par la Croix-Rouge, « une équipe importante sous la conduite d’un magistrat s’est déjà rendue sur le lieu depuis le samedi 24 juin 2017 sur instruction de M. l’auditeur général des Forces armées de la RDC », a détaillé le procureur général. « Le nombre de fosses communes et le résultat des exhumations qui seront faites seront communiqués ultérieurement », a-t-il par ailleurs ajouté. La découverte porte sur au moins dix fosses, ce qui porterait le nombre total de fosses communes découvertes dans la province du Kasaï à 52.

L’enquête sur Clément Kanku autorisée

Le procureur Flory Kabange Numbi a également indiqué que le parquet enquête sur « les éventuels tireurs de ficelles dans cette grave et sinistre affaire». Le 23 mai dernier, le parquet a amorcé une enquête préliminaire sur une possible implication du député Clément Kanku dans les violences commises dans le Kasaï depuis le mois d’août 2016. Le procureur de la République avait alors réagi à la publication par le New York Times d’enregistrements sonores dans lesquels on entend un homme encourager les exactions. Un homme soupçonné d’être Clément Kanku. Si le député risque une inculpation pour « participation à un mouvement insurrectionnel, assassinat, incendies volontaires, destructions méchantes, associations des malfaiteurs », l’enquête vient seulement de démarrer. Le parquet n’a obtenu que ce lundi 26 juin l’autorisation de l’Assemblée nationale d’ouvrir l’enquête.

Plus de 3 300 personnes tuées selon l’Église catholique

La province du Kasaï est secouée par des violences depuis la mort de Kamuina Nsapu, un chef traditionnel tué dans une opération en août 2016. Depuis, miliciens et forces de l’ordre s’affrontent et multiplient les exactions. L’Église catholique du Congo a publié mardi 20 juin une « note technique » sur la base d’informations collectées auprès des paroissiens de la région. Selon ce rapport, le bilan s’établit à plus de 3 300 personnes tuées depuis le début de la crise. Le même jour, Kinshasa présentait sa version des faits, sans pour sa part avancer un nombre de victimes. Environ 1,3 million de personnes originaires de la région du Kasaï ont été déplacées par les violences, et 30 000 se sont réfugiées en Angola.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro