Les Echos du Nord : De la lumière dans les chaumières

Le kit Gab By Light © Gab By Light

« Gab by Light », un fournisseur de solution qui veut apporter aux couches de la population les plus démunies de l’énergie solaire alliant faible coût, facilité d’utilisation et souplesse d’installation. Servir l’humain est leur ambition. Un article du journal gabonais Les Echos du Nord.

Bannière © Impact Journalism Day

« Il y a deux sortes d’énergie inépuisables : le soleil et la volonté », lance Dominique Balle, jeune femme longiligne, d’une trentaine d’années. La lumière du soleil est gratuite et Gab by Light mettra donc la lumière à la portée de tous et à tout moment.

L’entreprise naît d’un constat : au Gabon les habitants des campagnes sont les grands absents de l’électrification. Bien que disponible dans les centres urbains, sa distribution n’est pas optimale.

Le recours aux lampes à pétrole a son lot de risques et est source d’accidents dans les quartiers où se concentrent ces populations

Les délestages récurrents privent d’électricité des couches de la population les moins nanties, qui ne peuvent pas se procurer un groupe électrogène de relais alimenté au fuel et très polluant.

Le recours aux lampes à pétrole a son lot de risques et est source d’accidents dans les quartiers où se concentrent ces populations.

C’est forte de ces constats que Dominique Balle et sa sœur Prisca ont la lumineuse idée de faciliter l’accès à l’énergie aux foyers dans les zones les plus reculées.

« Dans la phase d’étude avant le lancement du projet, nous avons travaillé sur un échantillonnage de 220 foyers. 150 dans les centres urbains et 70 dans les zones rurales. Le constat a été le même : dans ces foyers les gens se plaignaient de la qualité de la fourniture d’électricité, et d’autres n’y avaient pas accès. ».

Gab by Light se lance alors un défi. Non pas de se substituer au principal fournisseur d’électricité, mais d’apporter un complément aux populations démunies face aux interruptions de fourniture en énergies et/ou non raccordées à une source d’énergie (situées en zones reculées).

Des dispositifs solaires opérationnels, durables et responsables…

Dans cette optique, comment trouver le produit approprié ? C’est-à-dire celui qui ait une réelle souplesse d’installation, loin des équipements lourds pour capter la même énergie solaire, mais qui soit aussi à la portée des bourses les plus limitées.

Car, explique-t-elle, « les gens pensent que le solaire nécessite un coût important, entre la fourniture, la pose et la maintenance. Je ne les contredirai pas ».

Malheureusement, un drame frappe les deux entrepreneures. Dominique Balle perd sa sœur et associée Prisca, fin 2012, alors que le projet est embryonnaire. Elle puise alors dans son autre source d’énergie inépuisable : la volonté.

Elle mène une recherche et décèle le produit approprié, en l’occurrence la gamme Pico, pour répondre aux premiers besoins en termes d’énergie. Ce fabricant panafricain est contacté et reçoit les spécifications de la startup.

La structure va en disposer pour ses premiers essais. Ce sera d’abord la périphérie de Libreville, la capitale, puis les zones rurales par la suite. La phase des essais est concluante et Gab by Light est lancé.

Outre les autonomies confortables, l’une des  spécificités du produit est son énergie froide

Spécialisé dans les solutions d’éclairage domestique, Gab by Light propose des kits solaires adaptés à plusieurs types d’éclairages, pour une puissance variant de 16,28 watts/heure à 32,52 watts/heure. Les gammes proposées ont été développées, en tenant compte des besoins et des profils d’utilisateurs.

« La première gamme que nous proposons s’appelle Pico pour petit portatif solaire. » Ce modèle deux en un, portatif, « se décline en une lampe utilisée en période de délestage ou encore comme une lampe de chevet le soir. » Il s’agit d’un modèle complémentaire pouvant également recharger les petits appareils électroniques de types téléphones portables (adaptateurs fournis).

 Outre les autonomies confortables (de 10 à 300 heures selon l’intensité réglée), l’une des  spécificités du produit est son énergie froide. « Elle ne chauffe pas et ne peut pas prendre feu ». C’est aussi de l’énergie propre sans risque pour l’environnement.

Le kit Gab By Light © Gab By Light

Gab by Light, de l’énergie propre à moindre coût

 A côté de ce kit, il y a le modèle habitation. Il a « la capacité d’alimenter trois pièces simultanément via trois câbles de cinq mètres minimum, doté d’un mini générateur relié à un panneau ». Celui-ci accumule de l’énergie en journée, la stocke dans la batterie et la restitue selon les besoins. Le tout pour une autonomie de 10 à 12 heures lorsque que les trois lampes sont allumées.

L’entreprise travaille actuellement sur la distribution d’une gamme évolutive « off grid » permettant aux populations non raccordées d’avoir un accès autonome et sécurisé à une source d’énergie.

Au cœur des motivations, ce n’est pas la quête des bénéfices, mais bien la satisfaction et l’évolution des populations qui sont mises en avant par la startup

Il s’agit d’une mini-centrale solaire d’une capacité minimale de 250 watts permettant l’alimentation de plusieurs lampes, téléviseur, réfrigérateur, radio. Ce projet de développement rejoint celui de concevoir et de mettre en place une unité locale de production.

Au cœur des motivations, ce n’est pas la quête des bénéfices, mais bien la satisfaction et l’évolution des populations qui sont mises en avant par la startup. Cette dernière se dit ouverte à l’intégration de parties prenantes sensibles à ces questions.

« La dimension humaine est capitale ; elle est au cœur de toutes nos actions, nos prix clients en sont un bel exemple ». Le but est de rompre avec le tout business pour faire la place « au social pour le social ».

L’entreprise a déjà fournit 900 kits au Gabon. Elle a été couronnée par le Prix Tremplin initié par l’UNESCO et le CEPS. La foi récompensée, elle ambitionne de s’étendre en Afrique centrale et de concevoir ses produits au Gabon.