Fermer

Annulation du concert de Fally Ipupa à Paris, le combat de trop

Les bénéfices tirés du concert de ce 22 juin à Paris devaient être reversés à l'Unicef. © DR

En empêchant l'artiste congolais de se produire dans la capitale française, les « combattants » se trompent de cible et délégitiment leurs actions.

Ils avaient prévenu depuis plusieurs semaines à coups de vidéos et de manifestation devant la salle de concert la Cigale : le concert de Fally Ipupa du 22 juin n’aurait pas lieu. Mercredi 21 juin, la nouvelle est tombée. Parce qu’elle craignait des « troubles graves à l’ordre public », une agression du chanteur, des spectateurs, ainsi que des mouvements de panique dus à l’utilisation de gaz lacrymogène, la préfecture de police de Paris a interdit la manifestation.

Les « combattants », des groupes d’opposants congolais radicaux en exil s’en prennent violemment depuis une dizaine d’années à tous ceux qu’ils estiment proches de Joseph Kabila, sans grand discernement. Il y a six ans, ils avaient par exemple roué de coups à Paris le président du sénat congolais, Léon Kengo Wa Dondo. Âgé de 76 ans, ce « traître » à leurs yeux, aurait pu succomber à ses blessures. En 2015, ils avaient aspergé de ketchup l’ambassadeur de la RDC Christian Atoki Ileka.

Les artistes comptent aussi parmi leurs cibles. Werrason ou Koffi Olomidé, trop proches du régime à leur goût, sont menacés à chacune de leur sortie. JB MPiana, dont un « concert caritatif » était prévu au Zénith de Paris en 2013 n’a finalement pas quitté le pays, les combattants qui lui promettaient « l’apocalypse » ayant obtenu l’annulation du concert. En réussissant à empêcher une nouvelle fois une des plus grandes stars de la musique congolaise de se produire en Europe, le petit groupe a donc une nouvelle fois gagné.

Une annulation injuste, inutile et incompréhensible

Triste victoire, d’abord parce qu’elle semble douloureusement injuste pour qui suit la carrière de Fally Ipupa. L’artiste, à l’inverse de beaucoup de confrères (Félix Wazekwa, JB Mpiana, Papa Wemba, Werrason, entre autres), n’a jamais fait l’éloge du président de la République congolaise. Mieux : dans son titre de 2013, Stop la guerre, il envoyait un message fort et patriotique. Et comment lui reprocher de ne pas plus élever sa voix contre le régime lorsque l’on a soi-même préféré quitter le pays ? Fally Ipupa, via sa fondation, combat à sa manière en luttant pour la santé, l’éducation, et contre le mal-logement. Tous les bénéfices de la date du 22 juin devaient être reversés à l’Unicef.

Triste victoire ensuite parce que cette annulation est absurde. Elle n’aura aucun impact politique, ne provoquera pas le départ anticipé de Kabila ou même de remous en RDC. Si la finalité est bien de déstabiliser le régime, la méthode n’est donc pas la bonne. Notons d’ailleurs que les combattants sont eux-mêmes divisés sur l’attitude à tenir. Une partie d’entre eux, à Paris, dans un groupe baptisé « Afrika Surprise », a assuré l’artiste de son soutien.

Cette annulation dessert en réalité les « combattants » en suscitant la colère du public français et de la diaspora

Injuste, inutile, et incompréhensible pour qui ne suit pas la politique congolaise, cette annulation dessert en fait le mouvement radical en suscitant la colère du public français et de la diaspora. Et l’on peut s’étonner que la préfecture de police de Paris se laisse si facilement intimider et ne prenne pas de mesure plus dure contre un mouvement qui empêche régulièrement des artistes de s’exprimer sur le territoire français.

Quel que soit leur camp, les censeurs seront toujours du mauvais côté.


Suite à la publication de cette tribune, nous avons reçu une réaction de Daddy Nganga, secrétaire général du Mouvement du peuple congolais et chargé de communication du collectif Renaissance du Congo, dont nous reproduisons les extraits les plus significatifs ci-dessous.

« Nous sommes accusés à tort d’empêcher les musiciens congolais de s’exprimer ici en Europe en particulier et dans la diaspora en général. Les Résistants Combattants Congolais, n’ont jamais interdit la musique congolaise, par contre les artistes qui sont réputés proches de Kabila sont boycottés à outrance. La musique congolaise s’exprime librement en Europe ou en Amérique, il suffit seulement de poser la question à Jupiter d’Okwess ou encore au Staff Benda Bilili et pas mal d’autres artistes musiciens congolais qui tournent sans problème en Europe ou en Amérique. Nous ne nous en prenons pas qu’aux musiciens, mais à tout individu et organisation liés de près ou de loin avec Kabila.

Évidemment si vous suivez la carrière de Fally, vous remarquerez que depuis 2011, Fally ne joue plus dans la diaspora où les combattants ont pignon sur rue. Déjà dans l’arrêté de 2013 qui a annulé le concert de Jb Mpiana que vous avez voulu faire «caritatif», ce qui n’en était pas le cas, vous remarquerez que le nom de Fally est inscrit parmi les artistes dont les concerts sont butés à un rejet inimaginable de la diaspora.

[Fally Ipupa] est allé jusqu’à créer une association composée des résidus du service d’intelligence de Kabila, et ceux qui ont soutenus ouvertement Kabila depuis qu’il est au pouvoir, pour faire croire qu’il s’agissait d’une fraction de Combattants qui soutenaient son concert.

L’artiste est un éducateur de masse, quand il devient célèbre, il se transforme en leader d’opinion. Il ne peut plus être toléré que le leader d’opinion alimente l’anesthésie qui consolide l’anéantissement du peuple congolais. »