Fermer

En 2100, 74% de la population mondiale risquent de mourir de chaud

Un enfant à Qardho, en Somalie, en mars 2017. © Ben Curtis/AP/SIPA

Les trois quart de l’humanité risquent d'être victime d'une vague de chaleur d’ici 2100. C’est ce que révèle une étude parue cette semaine dans la revue "Nature Climate Change". Avant de sombrer dans la panique, Jeune Afrique a interrogé Wilfran Moufouma Okia, responsable scientifique au sein du GIEC et spécialiste du changement climatique en Afrique.

Une équipe de dix-huit chercheurs américano-britanniques de l’université d’Hawaï a évalué le risque de « mourir de chaud ». Selon leurs résultats, compilés dans une étude récemment parue dans Nature climate change, actuellement, 1 personne sur 3 pourrait être victime de vagues de chaleur mortelles. Et si l’on ne change rien, le ratio pourrait être de 3 personnes sur 4 d’ici 2100.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont épluché la littérature scientifique sur les cas de mortalité associés à des vagues de chaleur. La canicule de l’été 2003, qui a causé la mort de 70 000 personnes en Europe en est un. Au total,  ils ont identifié 783 cas observés dans 164 villes de 36 pays, sur la période de 1980 à 2014. Peu émetteur de gaz à effet de serre, le continent africain est pourtant l’un des plus touchés. Quelles conséquences et solutions pour le continent ? Wilfran Moufouma Okia, expert du changement climatique en Afrique, nous répond.

L’étude montre que différentes régions du globe ne sont pas exposées à la menace climatique de manière égale. L’Afrique  de l’Ouest semble particulièrement touchée, pourquoi ?

D’après ces travaux, le facteur déterminant à l’origine des vagues de chaleur mortelles est le duo température élevée & humidité. Les zones tropicales sont  ainsi désignées comme les plus touchées, et l’Afrique de l’Ouest est particulièrement exposée.

Les scientifiques dressent deux scénarios :

Dans le premier et le pire des cas, si l’on ne réduit pas de manière drastique le réchauffement climatique, 74% de la population mondiale seront effectivement menacés par ces vagues de chaleur mortelle; dans le meilleur scénario, en réduisant le réchauffement climatique à 1°,  les risques atteignent « seulement » 48% de la population mondiale. Mais dans un cas comme dans l’autre, l’Afrique de l’Ouest ne sera pas épargnée.

Cela reste une projection, mais le constat est alarmant, car contrairement aux pays du Nord, où l’on peut établir des mesures concrètes à partir de nombreux cas répertoriés, en Afrique de l’Ouest, comme sur la grande majorité du continent, on manque de données.

Les effets désastreux du réchauffement climatique frappent déjà l’Afrique, quelles conséquences sont à attendre d’une telle prévision ?

Le rapport se concentre sur les « coups de chaud » mais les conséquences sont déjà nombreuses : sécheresse et inondations rendent les terres impraticables, et menacent les populations de famines et les oblige se déplacer.

Les effets du réchauffement climatique vont s’intensifier

En Afrique de l’Ouest, les économies en souffrent terriblement, l’accès à l’eau dans certains de ces pays est extrêmement limité. Sans parler des impacts sur la santé, les écosystèmes, la sécurité nationale… La liste est longue et les effets vont s’intensifier.

La mise en place de solutions d’adaptation au défi climatique coûte très cher. Quelles sont les initiatives et les moyens à disposition pour tenter d’y répondre ?

Dans le cadre de l’aide climatique, lors de la COP21, les pays avancés ont convenu de la mise en place d’un fonds vert de 100 millions de dollars à destination des pays en développement d’ici 2020. Ceci étant, ils ne se sont pas accordés sur la provenance des fonds à lever, il n’y a donc pas de stratégie réellement commune. Certains accordent une part de leur aide au développement au défi climatique, d’autres pas.

Un autre aspect critiquable du fond vert est la difficulté pour un projet, quel qu’il soit, de bénéficier d’un financement. Pour soumettre un projet, il faut élaborer un dossier solide, qui répond à des critères particuliers auxquels on est habitué dans les pays occidentaux mais pas en Afrique. Or, les pays n’ont pas forcément les moyens humains et techniques pour faire ce genre de recours. Ils font donc appel à des bureaux d’études, une démarche qui s’avère coûteuse. Et il n’est pas très logique de devoir payer, pour percevoir une aide…

Souvent, quand je parle de réchauffement climatique, on me rétorque que cela n’est pas la priorité

Au delà des initiatives internationales, il a y a 54 états en Afrique et autant de politiques différentes. Chaque année, les pays en discutent à l’UA sans pour autant s’accorder sur des solutions communes. Globalement, les résultats de la lutte contre le réchauffement climatique sont peu visibles. Et souvent, quand je parle de réchauffement climatique, on me rétorque : « Les gens meurent de faim, on a d’autres priorités ». Malgré l’urgence, le chemin vers la prise de conscience et la mise en place de solutions durables est encore long. Je ne veux toutefois pas me montrer pessimiste : certains pays, comme le Maroc font déjà de gros efforts.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro