Coupe des confédérations : pourquoi le Cameroun doit se méfier de l’Australie

Les Australiens face à l'Allemagne, le 19 juin, en Coupe des confédérations, en Russie. © Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

Les Lions indomptables affrontent jeudi à 17 heures, en Russie, les Australiens dans leur deuxième match de la Coupe des confédérations. Une rencontre a priori à la portée des hommes d'Hugo Broos, qui devront toutefois se méfier du champion d'Asie. Voici pourquoi.

Parce que l’Australie a fait trembler l’Allemagne

Certes, les Australiens se sont inclinés trois buts à deux face aux Allemands lors de leur premier match dans cette Coupe des confédérations. Mais ils ont bien failli créer la surprise. Accrocheurs pendant 90 minutes, ils ont secoué la Mannschaft, en particulier en deuxième mi-temps. C’était même la première fois que l’Allemagne prenait deux buts lors d’un même match depuis la défaite 0-2 contre la France en demi-finale de l’Euro 2016 en juillet.

Parce qu’ils avancent masqués

Il faut bien le reconnaître : on ne connaît pas grand-chose des joueurs australiens. Un côté imprévisible qui  a créé la surprise face aux Allemands. L’équipe australienne comptait il y a quelques années quelques joueurs titulaires dans des clubs européens de renom, comme Mark Schwarzer, Mark Viduka, John Aloisi ou Harry Kewell… Ce n’est quasiment plus le cas aujourd’hui, la nouvelle génération évoluant dans des divisions inférieures en Europe, en Asie ou en Australie.

Parce qu’ils ont l’expérience de la compétition

Ce ne sont pas les plus expérimentés mais, en trois participations, l’Australie a déjà quelques références dans la Coupe des confédérations. Elle a atteint la finale en 1997 après avoir éliminé le Mexique et l’Arabie Saoudite en phase de poules et battu l’Uruguay sur un but en or en demi-finale. Les mauvaises langues ajouteront qu’ils se sont inclinés en finale face au Brésil six buts à zéro. Quatre ans plus tard, en 2001, les Australiens terminaient une nouvelle fois sur le podium, à la troisième place. Ils avaient d’ailleurs dominé la France, championne du monde, sur le score de 1-0.

Parce que Tim Cahill

Si les Australiens sont arrivés en finale en 1997, c’est en partie grâce à leur buteur John Aloisi, qui a pris sa retraite depuis. Cette année, nul doute que Tim Cahill rêve d’un parcours similaire. À 37 ans et demi, Tim Cahill poursuit sa carrière à Melbourne City, après un parcours en Angleterre, à Everton, puis trois saisons en MLS au New York Red Bulls et une ultime année en Chine. Il reste le meilleur buteur de l’histoire de son pays avec 48 réalisations. Certes, il ne peut sans doute pas tenir 90 minutes à haut niveau mais la défense camerounaise aurait tort de le sous-estimer.

Parce qu’ils ne sont pas si loin du Cameroun

Certes, le Cameroun, 32e nation au classement Fifa, partira favori. Mais les Australiens, qui pointent à la 48e place, seront en embuscade. Au classement, l’Australie se place entre la Côte d’Ivoire (47e) et le Ghana (49e), des équipes que le Cameroun affronte régulièrement, sans forcément vaincre. Attention donc au péché d’orgueil qui pourrait stopper net l’aventure des Lions indomptables.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique