Fermer

RDC : seize morts dans des affrontements à l’arme lourde à Beni, dans le Nord-Kivu

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats des FARDC, à Beni, dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, en janvier 2014. © Joseph Kay/AP/SIPA

Des miliciens et l’armée congolaise se sont affrontés ce jeudi, à Beni. Les combats à l’arme lourde qui ont fait rage dans un quartier de la ville que les miliciens ont tenté d’investir ont fait seize morts. Depuis samedi 17 juin, l’armée congolaise affronte des milices d’auto-défense dans la région de Beni, et des dizaines de morts étaient déjà à déplorer dimanche.

« Le bilan provisoire est de treize assaillants Maï-Maï tués, plus six blessés, et trois morts du côté des FARDC (Forces armée de la RDC) », a déclaré à l’AFP le lieutenant Jules Tshikudi, porte-parole de l’armée dans la région, ajoutant que « le calme est revenu dans la ville de Beni », jeudi 22 juin.

« Les Maï-Maï ont attaqué notre position à Kalau, au nord-est de la ville de Beni, vers 06h30 (04h30 GMT). Après des violents combats, les assaillants ont débordé pour attaquer une autre position des FARDC à Rwangoma », a encore rapporté le lieutenant Jules Tshikudi à l’AFP. Selon les témoignages d’habitants de Beni, des rafales d’armes légères et des détonations d’armes lourdes se faisaient toujours entendre dans un quartier de l’est de la ville, ce jeudi en fin de matinée (vers 9h30 GMT).

« Lors des affrontements près de l’état-major de la police, sept assaillants ont été tués et un huitième est grièvement blessé », avait dans un premier temps déclaré à l’AFP le colonel Safari Kazingufu, chef de la police de Beni, en milieu de journée. « Les assaillants tentaient de libérer des détenus de l’état-major, de l’auditorat militaire ainsi que des détenues de la prison de femmes de Beni », avait ajouté l’officier, indiquant qu’ils « avaient été repoussés loin » de ces trois cibles.

Des prisonniers évadés dans les rangs des miliciens

Si les assaillants sont bien des Maï-Maï, l’officier a affirmé être incapable, ce jeudi, d’attester de l’identité exacte des miliciens qu’affrontent les soldats congolais, c’est-à-dire de quel groupe de Maï-Maï il s’agit exactement.

Les affrontements entre l’armée et des groupes armés sont réguliers dans le nord de la province du Nord-Kivu. Mais, depuis samedi 17 juin, de violents combats opposent les FARDC à un groupe de Maï-Maï. Le lendemain, on comptait une dizaine de morts en lien avec ces affrontements.

L’armée affirme que des prisonniers, qui s’étaient évadés de la prison centrale de Beni le 11 juin dernier, se trouvent actuellement dans les rangs des miliciens qui combattaient l’armée à Beni.

Les Maï-Maï sont des groupes « d’autodéfense » constitués sur une base essentiellement ethnique. Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), nombre de ces groupes ont été armés par le pouvoir pour combattre les envahisseurs ougandais ou rwandais. Certains n’ont jamais désarmé.