Côte d’Ivoire : le PDCI s’indigne des « allégations mensongères » à l’encontre d’Henri Konan Bédié

Lors de la campagne présidentielle de 2015, Henri Konan Bédié, patron du PDCI, avait apporté son soutien à ADO, candidat de l’alliance RHDP. © Sylvain Cherkaoui/JA

Jean-Louis Billon, porte-parole adjoint du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), s'est indigné lundi 19 juin à Abidjan des "allégations mensongères" circulant à l'encontre du président du parti, Henri Konan Bédié, accusé d'avoir participé au financement de l'ex-rébellion.

« Des propos irresponsables tendent à faire croire que le président Henri Konan Bédié serait mêlé à de sombres pratiques de financement de la rébellion de septembre 2002. Devant des accusations aussi graves (…), le PDCI s’indigne que de telles allégations mensongères soient proférées en direction de son président », a déclaré Jean-Louis Billon, porte-parole adjoint du PDCI, lors d’une conférence de presse organisée lundi à la maison du parti, à Cocody.

Après les mutineries du mois de mai et la découverte d’armes dans une maison appartenant au chef de protocole de Guillaume Soro, des propos attribués à des partisans de ce dernier avaient accusé le président du PDCI d’avoir financé la rébellion. Des allégations rejetées par Henri Konan Bédié dans une interview accordée à Jeune Afrique.

« Je n’en ai pas tenu compte. Ils ont dit que j’avais financé l’achat de ces armes. Il ne faut pas oublier que ces mêmes armes m’ont combattu en 1999. Comment aurais-je pu payer des milliards pour en faire venir autant en Côte d’Ivoire ? C’est une affaire qui vient de loin, depuis la Libye, en passant par le Burkina Faso », a déclaré l’ancien président ivoirien dans nos colonnes.

Des « manoeuvres de division et de diversion »

Des accusations que Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce, a qualifié de « manoeuvres de division et de diversion », avant d’inviter « les militants à demeurer mobilisés et unis dans la perspective des enjeux futurs ». En clair, l’élection présidentielle de 2020, pour laquelle le PDCI aura son candidat : « le candidat unique du RHDP », a affirmé Henri Konan Bédié à J.A.

Interrogé lundi sur le nom du candidat, Jean-Louis Billon a sans surprise refusé de donner plus de précision : « Il n’y pas de nom au niveau du PDCI. Nous sommes en 2017. 2020, c’est encore loin ». Une échéance pourtant déjà dans tous les esprits.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici