Nigeria : 16 morts dans des attentats-suicides ciblant un camp de déplacés

Par Jeune Afrique avec AFP

Des jeunes filles devant les stigmates d'une attaque menée le 8 juin dernier dans le camps de déplacés proche de Maiduguri. Une nouvelle attaque a fait 16 morts ce dimanche 18 juin. © Jossy Ola/AP/SIPA

Seize personnes ont été tuées dans une série d’attentats-suicides coordonnés visant Dalori, un camp de déplacés de la région de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. Une autre attaque menée au même moment dans un village proche n’a pas fait d’autres victimes que les kamikazes.

Les attaques étaient coordonnées. Mais toutes visaient le même camp de déplacés de Dalori, non loin de Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria. Plusieurs milliers de personnes ayant fuit les combats entre l’armée nigériane et Boko Haram y ont trouvé refuge.

La première attaque, celle qui a fait seize victimes, a été menée par deux femmes qui ont « déclenché leur ceinture explosive vers 20h45 -19h45 GMT) dans le village de Kofa », à proximité du camp de déplacés, a déclaré à l’AFP Abdulkadir Ibrahim, porte-parole de l’Agence nationale de gestion des risques (NEMA).

Deux autres explosions ont été entendues dans le camp lui-même : deux autres femmes se sont fait exploser sans faire d’autres victimes qu’elles-mêmes. « Les blessés ont été soignés dans l’urgence et transportés à l’hôpital de Maiduguri », a affirmé le porte-parole de la NEMA.

Le camp de Dalori déjà visé par une attaque en 2016

Dalori se situe à dix kilomètres de Maiduguri et abrite plusieurs dizaines de milliers de personnes qui ont fuit les combats entre Boko Haram et l’armée nigériane. Ce même camp avait été la cible d’un attentat extrêmement meurtrier en janvier 2016. Plus de 85 personnes avaient alors été tuées par des membres présumés de Boko Haram qui avaient tiré dans la foule et mis le feu au village. Plus récemment, au début du mois de juin, des attentats coordonnés et un raid mené sur la ville ont fait 11 morts.

Depuis le début de l’insurrection de Boko Haram, les attentats du groupe islamiste ayant prêté allégeance au groupe État islamique et la répression menée par l’armée nigériane ont fait plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici