Fermer

Tunisie : un prêt de 500 millions de dollars pour améliorer le climat des affaires

Par Jeune Afrique

Le port de Radès à Tunis, vu du ciel. © Citizen59/CC/Flickr

La Banque mondiale a annoncé, dans un communiqué publié le 13 juin dernier, avoir approuvé un prêt de 500 millions de dollars (446,3 millions d'euros), destiné "à l'appui deq politiques de développement axées sur l’environnement des affaires et l’entrepreneuriat".

Le prêt de 500 millions de dollars, approuvé le 13 juin dernier par la Banque mondiale vise à soutenir le plan de développement 2016-2020 du gouvernement tunisien. Objectif : transformer le secteur privé en moteur principal de la croissance et de la création d’emplois, améliorer l’environnement concurrentiel et faciliter l’accès des entrepreneurs et des jeunes aux financements.

« La Tunisie a un grand vivier de jeunes talents prêts à se lancer, mais ce dont ont besoin ces hommes et ces femmes, c’est d’un environnement propice, et notamment d’un accès aux financements », a déclaré Marie-Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte.

« En plus de soutenir la mise en œuvre des nouvelles lois sur la concurrence et l’investissement, ce prêt à l’appui des politiques de développement aidera le gouvernement à améliorer l’efficacité des investissements publics et à mobiliser le secteur privé à travers, notamment, de partenariats public-privé, a déclaré Abdoulaye Sy, économiste senior pour la Tunisie et chef d’équipe du programme à la Banque mondiale.

Un autre prêt du FMI

« Cette opération permettra également au gouvernement de stimuler les financements d’amorçage et par capitaux propres pour les jeunes entreprises et les entrepreneurs, grâce à la simplification du cadre réglementaire en vigueur, et d’améliorer l’accès au crédit et aux prêts hypothécaires avec l’adoption d’une loi instituant une centrale des risques privée et la révision des critères d’éligibilité au Foprolos, le fonds de promotion du logement pour les salariés » a ajouté Abdoulaye Sy.

La semaine dernière, le FMI avait autorisé le décaissement d’une nouvelle tranche d’aide de 314,4 millions de dollars pour le pays, dans le cadre de son programme de crédit sur 4 ans.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro