Obama honore l’entrée officielle de Jay Z au Songwriters Hall of Fame

Par Jeune Afrique avec AFP

Le rappeur Jay-Z lors d'un concert en soutien à Barack Obama, à Columus dans l'Ohio (nord-est), le 5 novembre 2012. © Barry Brecheisen/AP/SIPA

L'ex-président américain Barack Obama a rendu hommage jeudi à Jay-Z, alias Shawn Carter, pour l'entrée officielle du rappeur américain dans le le Songwriters Hall of Fame, le célèbre temple des paroliers.

« J’aime à penser que Shawn Carter et moi nous comprenons. Personne, parmi ceux qui nous ont rencontrés dans notre jeunesse, n’aurait pu imaginer que nous arriverions où nous en sommes aujourd’hui », a déclaré  Barack Obama, qui honorait jeudi 15 juin l’entrée officielle du rappeur dans le  Songwriters Hall of Fame, en parlant de celui qui a grandi dans une cité violente de Brooklyn.

Tous deux ont  grandi sans père, savent ce qu’est le manque, et, « disons les choses comme elles sont, nous avons tous les deux une femme plus populaire que nous », a ajouté l’ex-chef de l’État qui s’est dit fan du rappeur depuis longtemps. « Je suis à peu près sûr que je suis toujours le seul président à avoir écouté la musique de Jay Z dans le Bureau Ovale. Cela pourrait changer un jour, mais je suis à peu près sûr que c’est toujours le cas pour l’instant », a-t-il conclu dans une référence à peine voilée à son successeur Donald Trump.

Soutien de campagne

Jay Z et son épouse Beyoncé avaient activement participé à la campagne de Barack Obama pour la présidence.

Dans un message sur Twitter, le rappeur a remercié les artistes qui l’ont influencé. Et dans un discours prononcé en son nom, son producteur Jon Platt a souligné que cet honneur mettait fin à des années pendant lesquelles les auteurs de rap s’entendaient dire qu’ils n’étaient « pas des auteurs de chansons ».

Ce club de l’élite des auteurs ou compositeurs de chansons a également accueilli jeudi soir Berry Gordy, compositeur avant de devenir producteur et de fonder le groupe Motown, qui a lancé d’innombrables vedettes noires, de Diana Ross à Stevie Wonder en passant par Marvin Gaye ou les Jackson Five.