Tunisie : 78 blessés lors de violences tribales dans le sud

Par AFP

Un policier patrouille dans les rues de Raoued, près de Tunis, en février 2014. © Aimen Zine/AP/SIPA

Soixante-dix-huit personnes ont été blessées, dont une grièvement, lors d'affrontements samedi entre deux tribus à Kébili, dans le sud tunisien, en raison d'un différend foncier, a indiqué à l'AFP le gouverneur de cette région Sami El Ghabi.

« Les deux tribus ont utilisé des fusils de chasse, des pierres et des objets contondants nécessitant l’intervention des forces de l’ordre et l’usage de gaz lacrymogène pour les disperser et mettre fin à ces violences », a précisé Sami El Ghabi.

Au total 78 personnes ont été blessées, 11 ont été gardées à l’hôpital de Kébili et une autre, dans un état grave, a été transférée à l’hôpital de Sfax (sud), selon la même source.

Blessés par des balles de chevrotine

Dans une déclaration à la radio privée Mosaïque FM, le directeur régional de la Santé à Kébili, Hédi Ben Slimane, a précisé que dix personnes avaient été blessées par des balles de chevrotine.

Contacté par l’AFP, le ministère tunisien de l’Intérieur était pour l’heure injoignable.

Un différend foncier qui remonte à 1956

Le différend foncier entre ces deux tribus remonte à l’indépendance du pays en 1956 mais jeudi, il a dégénéré en affrontements violents, a encore ajouté M. El Ghabi.

Les zones rurales sont épisodiquement le théâtre de violences tribales liées à la terre. En 2012, un jeune de 14 ans, blessé par balle, avait trouvé la mort lors d’affrontements entre les habitants de deux localités à Gafsa (centre).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici