Fermer

Foot : quand l’Arabie saoudite snobe une minute de silence en hommage aux victimes du terrorisme

Par Jeune Afrique avec AFP

Des fleurs déposées par des passants en hommage aux victimes des attentats de Londres, le 5 juin 2017. © Shiomi Kadoya/AP/SIPA

Le patron du football saoudien s'est excusé vendredi après que l'équipe nationale a snobé une minute de silence pour les victimes de l'attentat de Londres lors du match de qualification pour le Mondial 2018 qui l'opposait à l'équipe australienne, à Adelaïde, dans le sud de l'Australie.

Quand le speaker du stade a sollicité une minute de silence avant le début du match jeudi soir, les joueurs de l’équipe australienne ont formé une ligne au centre du terrain en se tenant les bras sur les épaules tandis que la plupart des joueurs saoudiens se sont dispersés sur le terrain.

Des responsables saoudiens ont affirmé que la tradition de marquer un moment d’arrêt en l’honneur des morts n’était « pas dans la culture saoudienne ».

Un comportement qui a provoqué des réactions outrées de la part de spectateurs et responsables politiques en Australie. Deux Australiens figurent d’ailleurs parmi les huit personnes tuées dans l’attentat de samedi soir dans le centre de Londres, revendiqué par le groupe terroriste État islamique (EI).

Excuses de la Fédération saoudienne de football

L’équipe d’Arabie saoudite avait pourtant donné son accord à la Confédération asiatique de football (AFC) pour honorer la mémoire des victimes, a indiqué de son côté la Fédération australienne de football (FFA). »L’AFC et l’équipe saoudienne étaient d’accord sur le fait qu’une minute de silence pouvait être observée », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la FFA.

Les joueurs n’avaient aucune intention de manquer de respect à la mémoire des victimes, selon la fédération saoudienne

Face à la polémique, le président de la Fédération saoudienne de football, Adil Ezzat, qui s’exprime rarement, a présenté ses excuses. « La Fédération saoudienne regrette profondément et s’excuse sans réserve pour tout outrage qu’a pu provoquer le fait de ne pas observer une minute de silence. Les joueurs n’avaient aucune intention de manquer de respect à la mémoire des victimes ou de bouleverser leurs familles, amis ou toute personne affectée par l’atrocité », a indiqué Ezzat dans un communiqué.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro