Fermer

Égypte : le dossier libyen au menu de la visite de Jean-Yves Le Drian au Caire

Par Jeune Afrique avec AFP

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, discute avec son homologue égyptien, Sameh Choukry, lors de sa visite au Caire le 8 juin 2017. © Amr Nabil/AP/SIPA

Le dossier libyen était au menu des conversations ce jeudi au Caire, lors de la visite du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, venu rencontrer son homologue égyptien Sameh Choukri.

« Nous ne pouvons laisser prospérer à la frontière égyptienne et aux portes de l’Europe une instabilité dont profitent les terroristes et les trafiquants en tous genres », a pointé jeudi 8 juin Jean-Yves Le Drian, lors de son premier déplacement en Égypte en tant que ministre des Affaires étrangères, qualifiant au passage le dossier libyen d’ « enjeu important ».

L’ancien ministre français de la Défense, qui était à Tunis lundi où il a également évoqué ce dossier, a par ailleurs souligné qu’il était venu « porter un message d’amitié de la part d’Emmanuel Macron, message de soutien pour les réformes en cours [en Égypte] et message de solidarité face au terrorisme » qui a récemment encore endeuillé le pays.

Au cours de sa visite de 24h en Égypte, Jean-Yves Le Drian doit aussi s’entretenir avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et avec le pape de l’église copte orthodoxe Tawadros II, auquel il présentera ses condoléances pour les récents attentats contre la communauté copte.

Dialogues inter-libyens

Au cours d’un point presse commun ce jeudi, le ministre égyptien des Affaires étrangères a pour sa part souligné « l’importance de parvenir à un règlement politique » en Libye.

Le responsable égyptien a par également évoqué les « dialogues inter-libyens menés en Égypte récemment » qui, selon lui témoigne d’ « une volonté libyenne de retrouver sa stabilité et sa souveraineté afin de mettre un terme aux foyers terroristes ».

Ces derniers mois, l’Égypte a reçu les principaux dirigeants des factions rivales se disputant le pouvoir en Libye. Il est notamment prévu d’apporter des amendements à un accord inter-libyen signé au Maroc en décembre 2015, et qui doit ouvrir la voie à l’unification du pays.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro