Fermer

Orange va investir 50 millions d’euros dans l’entrepreneuriat africain

Par Jeune Afrique

Panneau publicitaire de Orange Sénégal à Dakar, le 3 novembre 2013. © Sylvain CHERKAOUI pour Jeune Afrique

Dans une interview à nos confrères français de "La Tribune", le groupe français Orange détaille les contours de son nouveau fonds dédié aux start-up du continent, dont la création avait été annoncée en mars dernier par "Jeune Afrique".

Il y avait eu l’entrée au capital du groupe d’e-commerce africain Africa Internet Group, la prise de participation dans Afrimarket, qui permet à la diaspora de faire livrer à ses amis et à sa famille des biens de consommation courante, ou encore l’entrée dans le service de vidéo à la demande Afrostream. Orange va formaliser encore davantage son intérêt pour les entrepreneurs africains.

Directeur général délégué d’Orange, et notamment en charge des investissements dans les start-up, Pierre Louette précise jeudi dans les colonnes de nos confrères de La Tribune les contours d’un fonds dédié aux entrepreneurs africains dont le patron Afrique d’Orange, Bruno Mettling, avait déjà fait état en mars à Jeune Afrique.

Mais ce dernier parlait alors de 40 millions d’euros, pour Orange Digital Ventures Africa. Pierre Louette, lui, évoque désormais le montant de 50 millions d’euros. « La moitié de cette enveloppe sera investie dans des fonds spécialisés dans le digital sur ce continent. Nous allons gérer cet argent avec deux partenaires : les fonds Partech Ventures [où a atterri en fin d’année l’ancien patron Afrique de Google] et AfricInvest [capital-investisseur tunisien] », dit-il au journal économique.

25 millions d’euros investis en direct

« L’autre moitié de ces 50 millions nous permettra d’investir en direct […] dans des entreprises que nous aurons nous-mêmes sélectionnées dans des secteurs qui nous tiennent à cœur, comme la santé ou les télécoms ». Chaque entreprise sélectionnée pourra bénéficier d’apports en capitaux allant jusqu’à 3 millions d’euros.

D’après les déclarations de Pierre Louette à La Tribune, l’objectif pour l’opérateur est de « développer [son] propre écosystème », aux côtés du fonds d’amorçage Orange Digital Ventures (qui avait investi dans Afrimarket et Afrostream), créé en 2015 et dont le portefeuille de participation atteindrait 100 millions d’euros selon le chiffre promu par Orange. Orange Digital Ventures Africa vient donc, tout comme Orange Digital Ventures, se positionner sous la houlette d’Orange Digital Investment, structure interne au groupe de télécommunications qui gère toutes ses participations dans l’entrepreneuriat (Africa Internet Group mais aussi Deezer, Dailymotion).