Naby Keita : « Mon objectif, c’est de jouer la Ligue des champions. Leipzig la disputera »

Naby Keita à Leipzig, en Allemagne, le 10 septembre 2016. © Jens Meyer/AP/SIPA

Pour sa première saison en Bundesliga, le Guinéen Naby Keita, 22 ans, a fait fort. Ses huit buts et sept passes décisives ont permis à son club du RB Leipzig, de terminer à la seconde place du championnat allemand, qualificative pour la Ligue des Champions. Avant le match de samedi en Côte d’Ivoire, qualificatif pour la CAN 2019, le milieu de terrain répond aux questions de Jeune Afrique.

Jeune Afrique : La Guinée a été battue mardi soir (1-2) en Algérie en match amical, juste avant le déplacement en Côte d’Ivoire…

Naby Keita : On restait sur deux bons résultats lors des matchs amicaux disputés au mois de mars (victoire 2-1 face au Cameroun, match nul 2-2 contre le Gabon). Malgré la défaite en Algérie, je crois que nous sommes sur la bonne voie. La Guinée ne s’est pas qualifiée pour la CAN 2017. Elle a changé de sélectionneur. Lappé Bangoura fait du bon travail : il a appelé de nouveaux joueurs, il continue à faire des essais… Il faut simplement nous laisser un peu de temps, car nous devons apprendre à mieux nous connaître.

Quels objectifs le Syli national peut-il espérer atteindre ?

Nous savons que pour la Coupe du monde 2018, avec deux défaites en deux matchs dans un groupe où figurent aussi la Tunisie et la RDC, ce sera difficile. Il faut prendre le maximum de points lors des deux prochaines rencontres face à la Libye pour espérer rester dans la course. On garde espoir, rien n’est joué.

Nous avons également comme objectif de nous qualifier pour la CAN 2019, au Cameroun. La Guinée en a les qualités. L’idéal serait de faire un bon résultat samedi en Côte d’Ivoire, avant le prochain match [en mars 2018, face à la Centrafrique à Conakry, NDLR].

Personne, à part peut-être certains de nos supporters, ne s’attendait à ce que nous réalisions une telle performance

Vous venez de réaliser une très grosse saison avec Leipzig. Comment l’expliquez-vous ?

Mon entraîneur en Allemagne, Ralf Hasenhüttl, est autrichien. Il suivait donc de très près mes performances avec Salzbourg. Il me laisse beaucoup de liberté dans le jeu de l’équipe, même si je dois bien sûr respecter les consignes. Je suis un peu un électron libre. J’ai une bonne relation avec lui. Il me parle beaucoup, me conseille. Il me fait évoluer dans mon jeu. Quand je suis arrivé, j’avais l’impression qu’il me connaissait parfaitement. C’est pour cela que je me suis vite senti à l’aise. Mais il est exigeant, il sait être dur avec moi quand il le faut.

Vous présentez des statistiques intéressantes, qui ont contribué à faire de Leipzig la surprise de cette saison en Allemagne…

J’aurais pu faire mieux, mais je suis malgré tout satisfait. Personne, à part peut-être certains de nos supporters, ne s’attendait à ce que nous réalisions une telle performance. Au départ, on devait jouer le maintien. Et puis les résultats sont venus et nous avons commencé à y croire de plus en plus, à nous dire que nous avions les moyens de viser plus haut. Les dirigeants aussi l’ont compris, et nous ont mis un peu plus de pression, c’est normal.

Vous savez, en Allemagne, au moins 80% des gens pensaient que nous allions finir par nous effondrer. Nous avons tenu jusqu’au bout, parce que nous avons cru en nous. La perspective de jouer la Ligue des Champions était une vraie motivation.

Vos performances ont attiré l’attention de grands clubs européens, tels Liverpool, le Paris-SG, Monaco, le Borussia Dortmund. Jouerez-vous encore à Leipzig la saison prochaine ?

J’ai un contrat jusqu’en juin 2020. Mon club a répété que personne ne partirait et que l’effectif serait renforcé en vue de la Ligue des champions, car le calendrier sera chargé. En ce qui me concerne, je ferai le point avec mes conseillers après le match de samedi, on verra… Je sais que des clubs s’intéressent à moi. J’apprécie beaucoup le championnat allemand, qui est physique, mais aussi très offensif. Moi, mon objectif, c’est de jouer la Ligue des champions. Leipzig la disputera…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici