Fermer

Attentat de Londres : ce qu’on sait des trois assaillants

Par Jeune Afrique avec AFP

Des fleurs déposées par des passants en hommage aux victimes des attentats de Londres, le 5 juin 2017. © Shiomi Kadoya/AP/SIPA

La police britannique a révélé mardi l’identité du dernier des trois assaillants qui ont semé la terreur dans le centre de Londres, samedi 3 juin, faisant sept morts et une cinquantaine de blessés. Selon les autorités, deux des terroristes seraient d'origine marocaine.

Les autorités britanniques avaient dévoilé lundi dans la soirée les noms de deux des trois auteurs de l’attentat de Londres, survenu samedi 3 juin et revendiqué par le groupe État islamique. Ce mardi, le troisième assaillant, un Italo-Marocain a également été identifié, selon un communiqué officiel de la police. Vers 22 heures – heure locale – samedi, ils avaient d’abord foncé dans la foule au niveau du London Bridge avant d’attaquer des passants au couteau dans le quartier animé et festif Borough Market. 

Huit minutes après avoir été appelées, les forces de l’ordre ont abattus les trois hommes, qui s’appelaient Khuram Shazad Butt, Rachid Redouane et Youssef Zaghba. Les deux premiers vivaient dans le quartier de Barking, dans l’est de la capitale britannique, où la police a arrêté douze personnes au lendemain de l’attaque.

Rachid Redouane, 30 ans, serait de nationalités marocaine et libyenne

Âgé de 30 ans, Rachid Redouane « disait être de nationalités marocaine et libyenne » et utilisait également l’identité de « Rachid Elkhdar », né le 31 juillet 1991, selon Scotland Yard. La télévision publique irlandaise RTE, citant des sources policières irlandaise, a également révélé qu’il avait vécu à Dublin, où il s’était marié en 2011 avec une Britannique avant de gagner le Royaume-Uni. Selon les autorités, il vivait dans le quartier de Barking et n’était pas connu des services de renseignement.

Youssef Zaghba, un Italo-Marocain de 22 ans

Selon un communiqué publié par la police mardi 6 juin, Youssef Zaghba, 22 ans, serait un Italien d’origine marocaine qui vivait dans l’est de Londres. Il est également précisé qu’il n’était pas connu des services de renseignement. Youssef Zaghba a été le dernier à avoir été identifié officiellement par les forces de l’ordre, bien que les journaux italiens Corriere della Sera et La Repubblica avaient déjà cité son nom mardi matin. Selon ces quotidiens, il serait né à Fez en janvier 1995 d’un père marocain et d’une mère italienne, qui serait depuis revenue en Italie, dans la région de Bologne.

La presse italienne assure également qu’il avait déjà été repéré et signalé par le renseignement italien après avoir été arrêté en mars de 2016 à l’aéroport de Bologne, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour la Turquie. Le soupçonnant de vouloir gagner la Syrie, les policiers avaient alors saisi son passeport et son téléphone portable, dans lequel ils avaient trouvé des images et des vidéos religieuses, mais « rien de significatif » selon le Corriere della Sera. Pour le moment, la police britannique n’a pas confirmé ces détails.

Khuram Shazad Butt, 27 ans, né au Pakistan

Selon Scotland Yard, Khuram Shazad Butt, citoyen britannique vivant à Barking, est né au Pakistan le 20 avril 1990 et était connu des services de sécurité, mais aucun signe d’un passage à l’acte n’avait été décelé. La priorité est allée à d’autres dossiers ont reconnu les autorités, qui assurent travailler sur 500 enquêtes terroristes et suivre près de 3.000 personnes simultanément. À Barking, ses voisins ont décrit un habitué de la salle de fitness locale. C’était aussi un supporteur d’Arsenal, dont il portait le maillot pendant l’attaque. Père de deux jeunes enfants, dont un nouveau-né de quelques semaines, il avait travaillé pendant six mois comme apprenti au service des clients du métro de Londres.

L’an dernier, Khuram Shazad Butt s’était notamment fait remarquer dans un documentaire sur les jihadistes en Angleterre, diffusée par la chaîne de télévision Channel 4. Il y affichait déjà son soutien pour le groupe État islamique. Dans ce film, intitulé « Mes voisins les jihadistes », Khuram Shazad Butt apparaît en kamis et chéchia, en train de se recueillir dans un jardin public, en compagnie d’un groupe d’hommes, devant un drapeau noir islamiste.

Selon le The Guardian, l’homme se faisait également appeler Abu Zaitun et avait rejoint le groupe islamiste britannique al-Muhajiroun. Toujours selon le journal, son activisme lui avait valu d’être déclaré persona non grata dans deux mosquées de Londres.  

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro