Fermer

Cameroun : au moins 9 civils tués dans un double attentat dans l’extrême nord du pays

Par Jeune Afrique avec AFP

Des membres de la coalition régionale contre Boko Haram près de la ville de Fotokol, dans l'extrême nord du Cameroun, le 19 février 2015. © Edwin Kindzeka Moki/AP/SIPA

Un attentat-suicide a causé la mort d'au moins neuf personnes vendredi 2 juin au matin à Kolofata, dans l'extrême nord du Cameroun.

Au moins neuf civils ont été tués et une trentaine d’autres blessés vendredi 2 juin au matin dans un double attentat-suicide à Kolofata, dans l’extrême-nord du Cameroun. Le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakari, impute la responsabilité de cet attentat au groupe jihadiste nigérian Boko Haram. Selon lui, deux kamikazes sont entrés à Kolofata vers 5 heures 30 en se faisant passer pour des réfugiés nigérians. « Ils ont pu surprendre les populations en actionnant leur charges explosives alors que les habitants observant le ramadan prenaient leur petit déjeuner avant l’aube » a-t-il expliqué.

Un responsable local du comité de vigilance de Kolofata parle de deux attentats, ajoutant que « les deux kamikazes étaient des hommes, mais nous ne savons pas comment ils ont réussi à déjouer la vigilance des comités de vigilance pour s’infiltrer dans la ville ».

Les gens ont tendance à penser qu’avec Boko Haram, la page est tournée. Non!

« Nous saisissons cette occasion pour condamner, au nom du chef de l’État (Paul Biya), ces actes barbares (et) rétrogrades, surtout en cette période de recueillement, en cette période de prière intense », a ajouté le gouverneur en référence au ramadan.

Il a également appelé les populations à plus de vigilance. « Les gens ont tendance à penser qu’avec Boko Haram, la page est tournée. Non! Ils observent les faits et gestes des populations au quotidien pour trouver des failles et frapper pour faire (un) maximum (de victimes) ».

Boko Haram très actif dans la région

La localité de Kolofata se trouve à l’extrême nord du Cameroun, tout proche de la frontière avec le Nigeria, dans une région où les habitants doivent régulièrement faire face à des attentats du groupe Boko Haram. Début mai, deux kamikazes avaient tué un civil et fait six blessés dans le village de Limani à quelques kilomètres de Kolofata.