Télécoms : Turkcell annonce que la justice sud-africaine examinera sa plainte contre MTN

Par Jeune Afrique

Point de recharge MTN Mobile Money à Abidjan en 2012. © Olivier pour Jeune Afrique

L'opérateur mobile turc Turkcell a annoncé que sa plainte contre le sud-africain MTN serait examinée par la justice fin 2018. Cette plainte, déposée il y a plusieurs années, concerne l'attribution d'une licence d'exploitation téléphonique en Iran. Le groupe réclame à MTN 4,2 milliards de dollars de dédommagements.

Selon l’opérateur mobile turc Turkcell, la somme de 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) demandée en guise de dédommagements correspond aux montants des profits et des intérêts que le groupe aurait dû percevoir si la première licence d’exploitation téléphonique de l’histoire de l’Iran ne lui avait pas été retirée pour être octroyée à MTN, en 2005. Turkcell avait à l’époque affirmé que MTN avait soudoyé des officiels iraniens pour prendre le contrôle de la licence.

L’opérateur turc avait déposé une première plainte aux États-Unis en 2012, annulée après que la Cour suprême américaine a déclaré que l’affaire outrepassait la compétence des juges du pays. Turkcell avait ensuite déposé plainte en Afrique du Sud, où est implanté MTN, en 2013. La tenue du procès a été retardée à plusieurs reprise, à cause d’objections déposées par ce dernier, et des réponses de l’opérateur turc à ces objections.

Finalement, après des années de procédure, le 5 mai dernier, un juge de la Cour suprême sud-africaine a rejeté 30 objections de MTN, ouvrant la voie à un examen de l’affaire devant les tribunaux, selon une annonce de Turkcell, rapportée par Reuters. Le groupe turc a annoncé, via son avocat en Afrique du Sud, que le procès devrait se tenir d’ici fin 2018.

Parallèlement à ces péripéties judiciaires, MTN avait mandaté un juge britannique à la retraite pour mener une enquête indépendante. L’enquête avait conclu que les accusations de Turkcell étaient « un tissu de mensonge, de distorsions et d’inventions ».

Relais de croissance iranien

L’Iran a été pour MTN un fort relais de croissance. Le pays est devenu son deuxième plus gros marché en terme d’abonnés depuis l’attribution de la licence en 2005. MTN détient également des parts dans le plus gros site de e-commerce iranien et dans Snapp, la version locale d’Uber.

L’année dernière, MTN avait dû s’acquitter d’une amende de 1,7 milliards de dollars auprès du régulateur des télécoms du Nigeria, son premier marché en terme d’abonnés, pour  n’avoir pas désactivé les cartes SIM non identifiées de ses abonnés.