Affaire Petrobras : les ramifications du scandale d’État qui ébranle le Brésil s’étendent jusqu’au Bénin

Par Jeune Afrique avec AFP

Une manifestation consécutive à l'éclatement du scandale Petrobras, le 17 avril 2016, à Sao Paulo, au Brésil. © Andre Penner/AP/SIPA

La police brésilienne a interpellé vendredi un ex-dirigeant de Petrobras et un ancien banquier soupçonnés de malversations dans le cadre de l'acquisition de puits de pétrole au Bénin, énième rebondissement du méga-scandale de corruption qui secoue le Brésil.

Le Bénin s’est invité dans l’énorme scandale de corruption autour de l’entreprise étatique Petrobras, qui ébranle le Brésil depuis mars 2014.  Vendredi 26 mai 2017, la police brésilienne a procédé à l’interpellation de Pedro Augusto Cortes Xavier Vastos, ex-responsable de Petrobras à l’international, et José Augusto Ferreira dos Santos, ancien propriétaire de la banque BVA, en faillite depuis 2014. Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir touché des pots de vins de la Compagnie Béninoise des Hydrocarbures (CBH) pour un montant de 5,5 millions de dollars.

« L’enquête porte sur des opérations complexes au sujet de l’acquisition par Petrobras de droits d’exploration de pétrole au Bénin (…) ayant donné lieu à des versements indus à un ex-dirigeant de l’entreprise », a indiqué la police fédérale brésilienne dans un communiqué.

Opération « Lavage express »

Les deux hommes interpellés sont accusés, entre autres, de corruption, fraude d’appels d’offres et blanchiment d’argent. Au total, six personnes auraient reçu des dessous-de-table à hauteur de 7 millions de dollars de 2011 à 2014 sur des comptes en Suisse et aux États-Unis.

Ces interpellations, auxquelles s’ajoutent huit mandats de perquisition, constituent la 41e phase de l’opération « Lavage express », enquête tentaculaire qui a mis un évidence un vaste réseau de détournement de fonds ayant coûté deux milliards de dollars à Petrobras. Cette phase est intitulée « Puits sec », « en raison des résultats négatifs de l’investissement (…) dans l’acquisition des droits d’exploration des puits de pétrole au Bénin », explique le communiqué de la police fédérale.

Une partie de ces versements était certainement destinée à Eduardo Cunha

Le procureur Carlos Fernando dos Santos Lima a expliqué en conférence de presse qu' »une partie de ces versements était certainement destinée à Eduardo Cunha », ancien président de la chambre des députés, aujourd’hui en prison pour son implication dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.

Eduardo Cunha se trouve au cœur de la crise politique qui secoue le Brésil depuis une semaine, éclaboussant directement le président Michel Temer, visé par une enquête pour corruption passive et entrave à la justice. Le scandale a éclaté le 17 mai, quand le journal O Globo a révélé un enregistrement dans lequel le chef d’État semble donner son accord pour le versement de pots-de-vins afin d’acheter le silence de Cunha.