Fermer

Tunisie : la Suisse restitue une nouvelle tranche des avoirs du clan Ben Ali

Par Jeune Afrique

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali avec sa femme Leila, le 25 octobre 2009. © ALFRED DE MONTESQUIOU/AP/SIPA

La Suisse procède à une deuxième restitution d'avoirs spoliés à la Tunisie au titre du recouvrement des fonds détournés par le clan Ben Ali-Trabelsi, a déclaré vendredi le gouvernement suisse.

« Le 26 mai 2017, dans le cadre de l’exécution par le ministère public de la Confédération d’une demande d’entraide judiciaire de la Tunisie, la Suisse lui a fait remettre un nouveau montant d’environ 3,5 millions d’euros [3,91 million de dollars] », a fait savoir le Département fédéral des affaires étrangères de la Confédération Suisse, dans un communiqué.

« L’argent bloqué en Suisse en lien avec un proche de l’ancien président est transmis aux autorités tunisiennes avec l’accord de celui-ci », est-il également précisé dans ce communiqué.

Une première restitution de ces avoirs spoliés à la Tunisie avait était accordée par la Suisse en mai 2016, d’un montant de 227 000 euros.

Sept ans de blocage

Le gouvernement suisse avait ordonné début 2011 le blocage à titre préventif pour trois ans de tous les avoirs en Suisse de l’ancien président déchu et de son entourage. Prolongé une deuxième fois de trois ans, puis une troisième fois en janvier 2017 pour un an, le blocage des fonds tunisiens, qui s’élèvent à environ 60 millions de francs suisses (55 millions d’euros), arrive à échéance fin 2018.

Et ce, afin d’accorder plus de temps aux enquêtes pénales en cours et de soutenir la coopération judiciaire, expliquent les autorités suisses. À noter que d’après la loi suisse, les fonds ne peuvent pas être bloqués plus de 10 ans.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro