Attentat de Sousse : deux ans après, le procès s’ouvre à Tunis

Par Jeune Afrique avec AFP

Un policier tunisien monte la garde sur la plage où a eu lieu l'attaque terroriste à Sousse, en juin 2015. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Le procès de l'attentat de Sousse, perpétré en 2015, s'est ouvert vendredi à Tunis. Sur le banc des accusés, une trentaine de personnes, dont des membres des forces de l'ordre accusés de non assistance à personne en danger. Au total, 38 personnes, dont 30 Britanniques, avaient été tuées le 26 juin 2015 dans cet attentat revendiqué par le groupe État islamique (EI).

La salle du tribunal où l’audience a officiellement débuté, ce vendredi matin à 10h15, était placée sous très haute sécurité, avec des policiers armés à l’entrée.

Trente-trois personnes au total sont poursuivies dans le cadre de cette affaire, dont six membres des forces de sécurité accusés de « non assistance à personne en danger ». Les 27 autres accusés, tous de nationalité tunisienne, répondront de « crimes terroristes », « homicide » et « complot contre la sûreté de l’État », selon le Parquet.

Demandes de report

Un avocat tunisien d’une des familles des victimes a indiqué à l’AFP avoir été mandaté « il y a 48 heures » par la cour mais sans connaître la nationalité de son client et sans savoir s’il était mort ou blessé. « Je vais demander le report (de l’audience) pour étudier les procès-verbaux de l’enquête », a dit Akram Barouni à l’AFP, en prédisant un « long » procès.

L’avocate de l’un des accusés, Inès Harrath, a aussi affirmé qu’elle demanderait un report. Son client, Achraf Sandi, « est accusé notamment d’appartenance à un groupe terroriste et utilisation d’armes », mais il « n’est ni salafiste ni terroriste », a-t-elle affirmé. Il a été arrêté « parce que son frère en fuite est accusé dans cette affaire », a-t-elle assuré.

Des failles soulevées au Royaume-Uni

Cette attaque fait aussi l’objet d’une procédure devant la Cour royale de justice de Londres.

Fin février, dans ses conclusions au terme de plusieurs semaines d’auditions, le juge Nicholas Loraine-Smith a estimé que la police tunisienne avait réagi de manière « chaotique » à Port el-Kantaoui. « Leur réponse aurait pu et dû être plus efficace », a-t-il avancé.

Durant ces auditions, l’avocat de 20 familles de victimes, Andrew Ritchie, avait évoqué un rapport tunisien remis au gouvernement britannique qui pointait des « failles » dans la sécurité.

La Grande-Bretagne continue aujourd’hui de déconseiller les voyages non essentiels en Tunisie. Des restrictions que Tunis aimeraient voir levées.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici