Fermer

Égypte : le pouvoir bloque l’accès à plusieurs sites d’information qataris et nationaux

Par Jeune Afrique avec AFP

Des hauts représentants de la chaîne Al-Jazeera à Doha en 2015. © Osama Faisal/AP/SIPA

Le site de la chaîne de télévision qatari Al-Jazeera et une vingtaine d'autres sites internet qataris ou égyptiens étaient inaccessibles en Égypte depuis mercredi soir.

LÉgypte du président Abdel Fattah Al-Sissi, déjà accusée de museler la liberté d’expression et toute forme d’opposition, a renforcé son emprise sur les médias en bloquant plusieurs sites internet, dont celui de la chaîne qatari Al Jazeera.

Al Jazeera est accusée par Le Caire de soutenir le mouvement des Frères musulmans, interdit par les autorités égyptiennes depuis 2013 et la destitution de Mohamed Morsi. Depuis lors, plusieurs journalistes du grand média qatari ont été arrêtés, emprisonnés avant d’être libérés ou expulsés du pays sous la pression d’ONG et de la communauté internationale.

Plusieurs sites qataris concernés

Parmi les autres sites figurent plusieurs médias qataris comme les journaux Al Watan ou Al Raya, et des sites politiques islamistes comme celui des Frères musulmans Ikhwan Online. Le site d’Al-Sharq, une télévision favorable aux Frères musulmans basée en Turquie, a également été bloqué.

Mais l’interdiction vise aussi le site indépendant Mada Masr, connu notamment pour sa liberté de ton sur des sujets comme la corruption, ou encore Huffpost Arabi, le site en arabe du média américain The Huffington Post.

Le site Mada Masr a réagi en publiant sur son compte Twitter et Facebook un dessin de presse montrant une porte fermée en plein milieu du désert, accompagné de la légende suivante : « Nous avons la confirmation que le site de Mada Masr a été bloqué. Restez connectés pour savoir où nous retrouver ».

Selon le classement mondial de la liberté de la presse 2017 publié par Reporter sans Frontières, l’Égypte est classée 161e sur 180 pays.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro