Fermer

Savez-vous pourquoi le 25 mai est la Journée de l’Afrique ?

L'élection pour la présidence de la commission de l'Union africaine (UA) se tiendra en janvier prochain à Addis Abeba. © Evan Vucci/AP/SIPA

Peu d'Africains s'en soucient mais ce 25 mai se trouve être la Journée mondiale de l'Afrique, en souvenir du congrès fondateur de l'Organisation de l'Union africaine, ancêtre de l'actuelle Union africaine.

Pourquoi le 25 mai ? Ce jour célèbre tout simplement la commémoration de la création de l’Organisation de l’Union africaine (OUA), le 25 mai 1963 à Addis-Abeba, en Éthiopie, sous le parrainage du négus Haïlé Sélassié. À l’époque, l’organisation panafricaine naissante avait pour objectif de réunir les 32 États qui venaient d’accéder à l’indépendance. Mais aussi d’aider les peuples qui n’étaient pas encore libres à se défaire du joug colonial.

L’idée avait pourtant germé quelques années plus tôt. Dès 1958, alors que la plupart d’entre eux étaient encore sous domination européenne, le Premier congrès des États africains indépendants se réunit à Accra, au Ghana, à l’invitation de Kwame Nkrumah.

À cette occasion, les participants – à peine une dizaine de représentants des futurs 54 pays africains – appellent à la création d’une « Journée de la liberté africaine » afin « de marquer chaque année les progrès en cours dans le mouvement de libération et symboliser la détermination des peuples d’Afrique à se libérer de la domination étrangère et de l’exploitation ».

Dans cette perspective, la journée du 25 mai a pour but de symboliquement souligner la nécessité de « renforcer l’unité et la solidarité des États africains », selon la charte de l’OUA, lancée cinq ans plus tard.

Ce texte est rédigé entre autres par Sylvanus Olympio, le « père de nation togolaise », mort quelques mois auparavant, en janvier 1963, lors du coup d’État qui a porté au pouvoir son successeur Gnassingbé Eyadema, lequel y restera jusqu’en 2005.

Un échec ?

Le 26 mai 1963, la charte de l’OUA est signée par tous les participants, à l’exception du Maroc. Lors de cette réunion, il est alors décidé de rebaptiser la « Journée de la liberté africaine » en « Journée de la libération africaine », fixée au 25 mai. Le temps aidant, cette journée deviendra simplement « Journée de l’Afrique ».

Si l’OUA a depuis disparu et a cédé la place à l’Union africaine (UA) en 2002, le 25 mai continue aujourd’hui d’être célébré.

Cette « Journée mondiale » – le calendrier officiel en répertoriait très exactement 393 répertoriées en 2015, contre 309 en 2009 – voit fleurir toutes sortes d’initiatives pour perpétuer son caractère panafricain.

Les Africains sont par exemple invités à s’élever contre les injustices qui les frappent, en portant une étoffe de tissu rouge, à l’initiative des Sud-Africains de Africans Rising, un mouvement qui se définit « pour la paix, la justice et la dignité ».

Mais si elle est probablement plus connue que la journée mondiale de l’enfant africain (le 16 juin), de la femme africaine (le 8 août), de l’écrivain africain (le 7 novembre) ou encore de l’industrialisation de l’Afrique (le 20 novembre), la journée du 25 mai ne suscite pas non plus un enthousiasme débordant sur le continent.

Elle n’est officiellement fériée que dans quelques pays, dont le Mali ou la Guinée. Et sa dimension purement symbolique lui vaut régulièrement des critiques.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Une journée mondiale de l’Afrique est-elle bien utile ?

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro