Reportage : le port géant de Djibouti officiellement inauguré

Par - Envoyé spécial

Les nouvelles grues géantes du Doraleh Multi-Purpose Port (DMP), terminal portuaire en construction par des entreprises chinoises. A Doraleh (Djibouti) le 13.03.2017. © Vincent Fournier/JA

Le président djiboutien a inauguré, mardi, en compagnie de son homologue somalien, le port polyvalent de Doraleh qui constitue une nouvelle passerelle entre l’Asie et l’Afrique de l’Est pour les échanges de marchandises et de matières premières.

Par cette chaleur accablante frôlant les 40 degrés, les bouteilles d’eau n’étaient visiblement pas de trop, ce mardi 24 mai, pour désaltérer le parterre d’officiels assis sous les tentes, à peine rafraîchis par quelques ventilateurs et le peu d’air offert par le golfe d’Aden.

C’est sous le concert des sirènes des premiers navires arrimés à quai mêlées aux youyous de l’assistance, que le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, accompagné de son homologue somalien Mohamed Abdullahi Farmajo, en visite officielle chez son voisin pour 48 heures, du premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, et de l’ambassadeur de Chine Fu Huaging, a inauguré, le nouveau port polyvalent de Doraleh (Doraleh Multipurpose Port).

Diversification de l’offre portuaire

“C’est un très beau jour pour Djibouti et pour toute la région”, s’est exclamé le président à la tribune. “C’est la vocation naturelle de notre pays de devenir un hub logistique et de transport, c’est un pas de plus vers l’élargissement et la diversification de notre offre portuaire, ce nouveau port adapté à des flux massifiés accroîtra les capacités d’accueil mais aussi le traitement des différents types de bateaux et de marchandises”, a-t-il poursuivi, alors que passaient sur un grand écran les images de sa visite sur le port de Shenzen en 2012, dont les infrastructures multimodales ont inspiré les travaux de Doraleh.

Avec ses 12 immenses portiques rouges sur un quai de 1 200 mètres de long qui s’étire à perte de vue, sa profondeur de 18 mètres, la nouvelle infrastructure de Doraleh, construite sur la mer, pourra accueillir des bateaux de près de 15 000 containers, traiter 9 millions de tonnes de marchandises par an, rappelle au micro Saad Omar Guelleh, directeur général du Port de Djibouti (PDSA).

Relais du port de Djibouti

Venant prendre le relais du port historique de Djibouti, arrivé à saturation et ne pouvant plus grandir, car situé aux confins de la ville, — il sera transformé d’ici 2020 en centre d’affaires —, le port polyvalent traitera autant les containers que le vrac (blé, engrais) ou encore des véhicules. Grâce à son outillage dernier cri, il permettra une meilleure rotation des navires à quai.

Complétant ainsi un dispositif qui comprend déjà deux ports uniquement dédiés aux containers, il sera relié à une ligne de chemin de fer vers Addis-Adeba et jouxtera une zone franche de 4 800 hectares (appelée à accueillir des industries). Les travaux d’aménagement de cette zone ont démarré en janvier dernier et sa mise en service est attendue en mai 2018, comme l’a annoncé Hu Jinhua, vice-président de China Merchants Holdings, actionnaire du port à 23,5% et grand maître d’œuvre des chantiers d’infrastructures à Djibouti. Il offrira à l’Éthiopie qui ne bénéficie d’aucun accès maritime un débouché vers l’Asie.

Construction en un temps record

Les ports de Tadjourah et de Ghoubet dédiés à l’exportation de potasse et de sel seront quant à eux inaugurés le mois prochain. Hu Jinhua rappelle avec enthousiasme que c’est en un temps record de 30 mois, après un investissement de 580 millions de dollars financés à 85% par l’Exim Bank of China, qu’ont été accomplis les travaux de construction du port polyvalent de Doraleh.

Tout en soulignant, devant le président somalien, la communauté de destin qui unit son pays avec l’ensemble des États de la Corne de l’Afrique et de la Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), en appelant à une mutualisation des ressources, le président Guelleh a célébré en conclusion les bienfaits de la coopération sino-djiboutienne : “vos ambitions sont aussi les nôtres, vous êtes les principaux acteurs de notre renouveau”, a-t-il déclaré à l’attention des participants chinois présents.

Djibouti, le “Shenzen de l’Afrique de l’est”, bénéficiant d’une position stratégique au carrefour de l’Afrique avec l’Asie et la péninsule arabique est en effet une étape clé de la nouvelle Route de la Soie maritime que développe l’Empire du Milieu entre Shanghai et le port du Pirée (Grèce).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici