Attentat de Manchester : le père et le frère du kamikaze ont été arrêtés en Libye

Par Jeune Afrique avec AFP

Hachem Abedi à Tripoli après son arrestation le 24 mai 2017. © Ahmed Bin Salman/AP/SIPA

L'enquête sur l'attentat de Manchester, qui a fait 22 morts le 22 mai, s'est accélérée. Le père et le frère du kamikaze ont été arrêtés en Libye et huit personnes ont été placés en garde à vue en Grande-Bretagne.

Après l’interpellation d’Hachem, frère de Salman Abedi, au domicile familial à Tripoli, son père Ramadan Abedi a été arrêté lui aussi le 24 mai, selon les services de sécurité libyens. Le frère, qui a revendiqué son appartenance au groupe État islamique (EI), était au courant du projet d’attentat perpétré le 22 mai à Manchester, faisant 22 morts et 64 blessés.

Arrêté le 23 mai, Hachem Abedi a indiqué qu’il appartenait à l’EI avec son frère Salman Abedi et a reconnu qu’il était présent en Grande-Bretagne au cours de la période de préparation de l’attentat, selon la Force de dissuasion, la police loyale au gouvernement d’union nationale (GNA) en Libye.

Attentat en préparation à Tripoli

Hachem Abedi, né en 1997, était surveillé depuis un mois et demi en Libye et préparait un acte terroriste dans la capitale, Tripoli, selon les autorités libyennes.

Un proche de la famille habitant à Manchester a déclaré sous couvert d’anonymat que Salman Abedi s’était rendu en Libye peu avant l’attentat et avait regagné la Grande-Bretagne quatre jours auparavant.

Selon la police de Manchester, l’enquête se poursuit dans l’entourage du kamikaze, un fils de Libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi.

Le 23 mai, un homme de 23 ans, présenté comme Ismael, le grand frère du kamikaze, a été arrêté à Chorlton, une banlieue résidentielle du sud de Manchester. Trois autres personnes ont été arrêtées dans la nuit du 23 au 24 mai, toujours dans le sud de Manchester, à quelques centaines de mètres de la maison où vivait le kamikaze.

Un homme a été arrêté à Wigan, petite localité du nord-ouest de Manchester, avec un paquet sous le bras, dont le contenu est analysé par les services de police. Dans la soirée du 24 mai, un autre homme a été arrêté à Nuneaton, dans le centre de l’Angleterre, première interpellation en dehors de l’agglomération de Manchester.

Par ailleurs, une femme a été interpellée à Blackley, dans le nord de Manchester, mais remise en liberté quelques heures plus tard. Enfin, ce 25 mai dans la matinée, deux autres hommes ont été arrêtés dans cette région, ce qui porte à huit le nombre de personnes en garde à vue en lien avec l’attentat.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici