Le groupe État islamique revendique son premier attentat suicide en Somalie

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Shebab dans le nord de la Somalie, en octobre 2010. © Mohamed Sheikh Nor/AP/SIPA

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué son premier attentat suicide en Somalie, une attaque qui a fait cinq morts dans la ville côtière de Bossasso, dans le nord du pays.

Selon l’entreprise américaine SITE Intelligence Group, spécialisée dans la surveillance des sites internet islamistes, le groupe EI a revendiqué par le biais de son agence de propagande Amaq cette « opération-martyr avec usage d’une veste d’explosifs » le 23 mai au soir. L’auteur de l’attentat a actionné sa bombe alors qu’il se trouvait à un checkpoint de Bossasso, ville portuaire du golfe d’Aden située dans la région semi-autonome du Puntland.

Les forces de sécurité ont arrêté le suspect lorsqu’il a approché, mais il s’est fait exploser, tuant cinq personnes. Un des membres des forces de sécurité et quatre civils ont été tués dans l’explosion qui a eu lieu près d’un hôtel régulièrement utilisé par des responsables locaux comme lieu de réunion. Selon un témoin, l’auteur de l’attaque tentait probablement de viser l’hôtel, mais il a été arrêté au checkpoint et a décidé de se faire sauter.

Scission des Shebab

Le Puntland a souvent été le théâtre d’attaques menées par les islamistes Shebab, affiliés à Al-Qaïda. Dans cette région est également basé un groupe d’ex-Shebab ayant fait défection au profit de l’organisation État islamique.

Ce groupe de combattants, dont la force de frappe reste pour l’instant très réduite par rapport aux Shebab, est dirigé par le Somalien Abdulqadir Mumin. Placé en août 2016 sur la liste des terroristes internationaux par le département d’État américain, il avait rejoint l’EI en octobre 2015.

Selon plusieurs sources sécuritaires dans la région, l’existence et l’activité du groupe de Abdulqadir Mumin s’inscrivent également dans un jeu complexe de rivalités claniques propres au Puntland.