Fermer

Ce qu’on sait de Salman Abedi, le principal suspect de l’attentat de Manchester

Par Jeune Afrique avec AFP

Veillée funèbre à Albert Square, à Manchester, au lendemain de l'attentat qu a fait 22 morts le 22 mai 2017. © AP/Sipa/Emilio Morenatti

Le kamikaze qui a tué 22 personnes le 22 mai dans une salle de concert bondée de Manchester a été identifié comme étant un Britannique d'origine libyenne, décrit comme discret et réservé.

La police britannique affirme que Salman Abedi, 22 ans, est mort dans l’explosion qu’il a provoquée à la fin du spectacle de la star américaine Ariana Grande au Manchester Arena. Issu dans une famille musulmane pieuse, troisième d’une famille de quatre enfants, il était connu des services de sécurité et s’était radicalisé au cours des dernières années.

Un jeune homme « très réservé »

Salman Abedi est né à Manchester en 1994 de parents libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi pour trouver refuge au Royaume-Uni. Ils ont d’abord vécu à Londres, avant de s’installer dans la banlieue résidentielle de Fallowfield, un quartier pavillonnaire au sud de Manchester, il y a une dizaine d’années.

Dans le voisinage, peu connaissent le suspect. « Je ne suis même pas sûre de savoir à quoi il ressemble, à vrai dire. Je devais pourtant le croiser tous les jours », confie une riveraine qui habite une maison voisine et se dit « choquée, surprise, apeurée ».

Le quartier, « clairement pas l’un des plus riches de Manchester, est très tranquille », assure-t-elle, à l’instar d’autres voisins. « C’était un jeune homme très discret, toujours très respectueux à mon égard, témoigne un Libyen de Manchester. Son frère Ismaël est très sociable, mais Salman est très réservé ».

Voyage récent en Libye

Les enquêteurs ont également perquisitionné le domicile du frère du suspect au sud de Manchester. Les deux hommes fréquentaient la mosquée locale de Didsbury.

Le père du suspect est bien connu au sein de la communauté libyenne de Manchester mais se trouverait actuellement à Tripoli, la capitale. Environ 16 000 Libyens vivent en Grande-Bretagne, dont la plus grosse communauté se trouve à Manchester.

Un imam, Mohammed Saeed, a raconté que Salman Abedi avait affiché « un visage de haine » lors d’un sermon dénonçant le terrorisme. Salman Abedi s’était rendu récemment en Libye. Il y était parti il y a trois semaines et était rentré il y a quelques jours, selon un ami d’école.

Salman Abedi avait entamé des études de commerce et de management à l’université de Salford, dans l’agglomération de Manchester, mais les avait abandonnées au bout de deux ans et n’avait pas obtenu son diplôme.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro