Grande-Bretagne : l’auteur de l’attentat-suicide à Manchester identifié sous le nom de Salman Abedi

Par Jeune Afrique avec AFP

Des fleurs ont été déposées à Manchester en hommage aux victimes de l'attentat perpétré par Salman Abedi à la Manchester Arena dans la soirée du 22 mai 2017. © Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA

Vingt-deux personnes, dont des enfants, ont été tuées et 59 blessées dans un attentat suicide commis par un homme qui a activé un engin explosif à la sortie d'un concert lundi soir à Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre. L'auteur de l'attentat a été identifié par la police sous le nom de Salman Abedi, âgé de 22 ans et agissant pour le compte de l'organisation État islamique.

Une puissante explosion a eu lieu dans le foyer de la Manchester Arena, une salle de 21 000 personnes dans la troisième ville de Grande-Bretagne, à la fin du concert de la chanteuse américaine Ariana Grande, le 22 mai vers 22h30. L’attentat a fait 22 morts, dont une fillette de 8 ans, et 59 blessés. L’homme qui s’est fait exploser a été identifié sous le nom de Salman Abedi, âgé de 22 ans, agissant vraisemblablement pour le compte de l’EI puisque l’organisation terroriste a revendiqué l’attentat-suicide via son agence de propagande Amaq.

Recherche de complices

La police a annoncé ce 23 mai l’arrestation dans le sud de Manchester d’un homme de 23 ans en lien avec l’attentat, le plus meurtrier à avoir frappé le Royaume-Uni depuis la série d’attentats suicides ayant fait 56 morts, dont les quatre kamikazes, et 700 blessés dans les transports londoniens en juillet 2005.

« Nous travaillons à établir tous les détails de ce qui est traité par la police comme une épouvantable attaque terroriste », a réagi Theresa May en exprimant sa sympathie aux familles.

La Première ministre britannique devait présider ce 23 mai au matin une réunion interministérielle de crise. Theresa May et son rival travailliste Jeremy Corbyn ont décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre leur campagne en vue des élections législatives du 8 juin.

Deux mois jour pour jour après l’attentat de Londres

L’attentat s’est déroulé deux mois jour pour jour après celui de Londres qui avait fait 5 morts. Un homme avait foncé dans la foule avec un véhicule et poignardé un policier avant d’être abattu, près du Parlement.

« La nation tout entière a été choquée, a déclaré dans un communiqué la reine Elizabeth II. J’exprime ma plus profonde sympathie à tous ceux qui ont été affectés par ce terrible événement, en particulier aux familles et aux proches de ceux qui ont été tués ou blessés dans cet acte barbare ».

La ministre de l’Intérieur britannique Amber Rudd a dénoncé quant à elle une « attaque barbare visant délibérément parmi les plus vulnérables de notre société : des jeunes et des enfants sortis pour aller voir un concert pop ». Ariana Grande, l’une des stars préférées des pré-adolescents, a tweeté qu’elle était « brisée » par l’attentat.

« Londres est aux côtés de Manchester, nos pensées vont aux morts et aux blessés », a tweeté le maire de la capitale britannique Sadiq Khan. « Paris est cette nuit aux côtés de Manchester », a écrit en écho la maire de la capitale française Anne Hidalgo.

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa « tristesse » et son « horreur », le président français Emmanuel Macron son « effroi » et sa « consternation ». Le pape « a été très attristé lorsqu’il a été informé des blessures et des morts tragiques provoquées par l’attentat barbare à Manchester », selon un télégramme envoyé comme d’usage en son nom par le numéro deux du Vatican, Mgr Pietro Parolin.

Le président russe Vladimir Poutine s’est dit prêt à « développer la coopération antiterroriste » avec la Grande-Bretagne après cet attentat « cynique et inhumain ». En visite à Bethléem, en Cisjordanie occupée, le président des États-Unis Donald Trump a vivement condamné un attentat perpétré selon lui par « des losers malfaisants ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici