Tunisie : un manifestant meurt après avoir été écrasé par un véhicule de la gendarmerie dans le sud

Par Jeune Afrique avec AFP

Rassemblement près d'une station de pompage de pétrole dans le secteur d'El-Kamour, à une centaine de km de Tataouine, au sud de la Tunisie, le 16 mai 2017. © AFP

Un jeune manifestant tunisien est mort lundi après avoir été écrasé accidentellement par un véhicule de la gendarmerie dans une région du sud du pays, agitée depuis des semaines par des protestations sociales, a annoncé le ministère de la Santé.

« La cellule des opérations centrales au ministère de la Santé annonce la mort accidentelle d’un jeune, (écrasé) par une voiture de la Garde nationale. Il s’agit d’un manifestant », a indiqué à l’AFP le service de communication du ministère.

Depuis près d’un mois, des habitants campent dans la zone d’El-Kamour et entravent la circulation des camions vers les champs pétroliers et gaziers de Tataouine, réclamant une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés du secteur. La tension est montée ces derniers jours sur le site, qui se trouve à environ deux heures de route de la ville de Tataouine, et les forces de l’ordre ont fait usage lundi matin de gaz lacrymogène pour repousser des manifestants qui tentaient de pénétrer dans le complexe pétrolier et gazier.

Dès samedi, l’armée avait procédé à des tirs de sommation pour disperser la foule, pour la première fois depuis que le président Béji Caïd Essebsi a demandé officiellement aux militaires de protéger les sites de production d’éventuels blocages dus à des mouvements sociaux.

Appel à la grève générale

Dimanche soir, le ministère de la Défense a par ailleurs prévenu que l’armée aurait recours à la force contre quiconque tenterait de pénétrer dans ces installations. Son communiqué met en garde « tous les citoyens contre des poursuites judiciaires en cas de heurts avec les unités militaires et sécuritaires, et contre les dommages physiques pouvant les atteindre dans le cas d’une gradation dans l’usage de la force ».

« Il faut comprendre que la tentative d’entrer par la force dans l’installation protégée par l’armée (…) n’est pas un acte pacifique. C’est une tentative d’entrer par la force et cela requiert une réaction », a insisté lundi matin le porte-parole du ministère, Belhassen Oueslati, sur Express FM.

Lundi matin, des violences ont également éclaté devant le siège du gouvernorat de Tataouine (500 km au sud de Tunis), où des habitants ont décidé de se rassembler en solidarité avec le mouvement de contestation d’El-Kamour, a rapporté un correspondant de l’AFP. Les manifestants d’El-Kamour ont appelé lundi à une grève générale dans la région.

Le siège de la Garde nationale et le local de la délégation régionale de la sécurité publique ont également été brûlés, d’après Radio Tataouine.

Réunion à Tunis

D’après Hassen Fathalli, conseiller chargé de la presse et de l’information à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), la commission parlementaire sécurité et défense devrait se réunir aujourd’hui à 16h, en présence des ministres tunisiens de la Défense et de l’Intérieur pour « suivre l’évolution de la situation à Tataouine. »

Depuis près d’un mois, des habitants campent dans la zone d’El-Kamour et entravent la circulation des camions vers les champs pétroliers de Tataouine pour réclamer une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés du secteur. Les manifestants demandent notamment que 70% des emplois reviennent à des habitants de la région de Tataouine.