La RDC et le Nigeria sont les pays africains les plus touchés par les déplacements internes de population en 2016

Des soldats congolais à Kitumba (RDC), en 2013. © Joseph Kay/AP/SIPA

Plus de 31 millions de personnes dans les monde ont été déplacées dans leur propre pays à cause de guerres, de violences ou de catastrophes naturelles en 2016, selon un rapport du Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC) du Conseil norvégien des réfugiés (NRC). Sur le continent africain, la République démocratique du Congo et le Nigeria occupent le haut du tableau.

Parmi les 6,9 millions de nouvelles personnes chassées de leur domicile par une guerre l’an dernier dans le monde, 922 000 ont été recensées en République démocratique du Congo (RDC), soit davantage qu’en Syrie (824 000 déplacés) et en Irak (659 000). Cumulé avec les 130 00 personnes qui ont fui des catastrophes naturelles en 2016 et celles qui avaient déjà quitté leur foyer, ce nouvel afflux porte à 2,2 millions le nombre de personnes déplacées dans ce pays de 77 millions d’habitants. Parmi elles, 837 000 se trouvent dans le Nord-Kivu et 378 000 dans le Sud-Kivu.

Le Nigeria arrive quant à lui en quatrième position dans le monde avec 501 000 nouveaux déplacés l’an dernier, sur un total de 1,9 million, selon un rapport publié le 24 mai par le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC) du Conseil norvégien des réfugiés (NRC).

Quelque 2,6 millions de personnes ont par ailleurs été déplacées au total en Afrique subsaharienne à cause d’un conflit, ce qui représente 38% des déplacés internes tous motifs confondus dans le monde. En huitième et neuvième position dans le « Top 10 » mondial, on retrouve par ailleurs l’Éthiopie avec 296 000 nouveaux déplacés en 2016 et le Soudan du Sud (281 000). Dans ce dernier pays, note le NRC, « en décembre dernier, une personne sur quatre a été forcée de quitter son foyer depuis que le conflit a éclaté en 2013 ». Ce qui inclut 1,9 million de personnes toujours déplacées en interne fin 2016, majoritairement des femmes et des enfants, et 1,3 million qui sont réfugiés dans les pays voisins.

Passez la souris sur les barres pour voir le nom des pays et le nombre de déplacés.

Les catastrophes naturelles ont pour leur part déplacé trois fois plus de personnes dans le monde entier que les guerres, avec 24 millions de personnes affectées par des inondations, des tempêtes, des incendies ou la neige.

Les déplacés oubliés

Ces chiffres montrent la nécessité de s’intéresser autant à la situation des personnes déplacées au sein des pays que celle des réfugiés qui franchissent les frontières, selon le chef du NRC, Jan Egeland.

« Le nombre de personnes déplacées [en interne, ndlr] dépasse celui des réfugiés [qui ont traversé une frontière, ndlr) par deux contre un, a-t-il déclaré. Il est donc urgent de remettre les déplacements intérieurs au centre des agendas mondiaux ».