Santé

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Contrôle de température sur des lycéens le 22 septembre 2014 à Abuja. © AFP

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus Ebola à début novembre si les mesures de contrôle de l'épidémie ne sont pas renforcées en Afrique de l'Ouest.

"En supposant qu’il n’y ait aucun changement au niveau des mesures de contrôle de l’épidémie", il y aura 9 939 cas au Liberia, 5 925 en Guinée et 5 063 en Sierra Leone, indiquent les experts de l’OMS.

"Sans une amélioration drastique des mesures", il y aura ces prochains mois, non pas des "centaines" de cas et de morts chaque semaine, mais des "milliers", ajoutent-ils, soulignant que le taux de létalité des personnes atteintes du virus s’élève à 70,8%. Si rien n’est fait, Ebola risque de s’installer dans la région pendant plusieurs années et devenir "endémique", selon les experts.

La semaine dernière, l’ONU avait indiqué tabler sur 20 000 personnes infectées fin 2014. Mais le rythme de croissance exponentielle de l’épidémie a assombri les prévisions des scientifiques qui appellent à renforcer "rapidement" les mesures de contrôle, notamment lors des funérailles, et à renforcer la détection précoce des cas.

>> Lire aussi : le dernier bilan d’Ebola fait état de près de 2 800 morts en Afrique de l’Ouest

Vers une "catastrophe" si rien ne change

"Nous sommes dans une troisième phase de croissance de l’épidémie" qui est "explosive", a affirmé le Dr Christopher Dye, un des co-auteurs de l’étude et directeur de la stratégie à l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève.

"Si nous n’arrêtons pas l’épidémie très vite, ce ne sera plus un désastre mais une catastrophe", a-t-il ajouté, expliquant que si la situation reste identique, Ebola pourrait atteindre des "centaines de milliers de personnes" dans les mois à venir.

Il a souligné que cette épidémie, la plus grave de l’histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976, est "assez similaire" aux autres épidémies ayant touché d’autres pays africains ces dernières années, comme la RDC et le Soudan. "Ce qui est différent, ce ne sont pas les caractéristiques du virus, mais la nature des populations affectées", a-t-il avancé, pointant notamment comme facteur de contamination la très grande mobilité des populations.

>> Accédez à notre carte interactive sur 40 ans d’épidémies Ebola en Afrique en cliquant sur le visuel ci-dessous :

Le taux rapide de transmission s’explique également par la lenteur de la réaction à Ebola au début de l’épidémie ainsi que par le mauvais état des systèmes de santé des trois principaux pays affectés, a-t-il reconnu.

"Au Nigeria, où le système de santé est plus solide, le nombre de cas a été limité jusqu’à présent", a expliqué Christl Donnelly, professeur au Imperial College London et co-auteur de l’étude.

Le Dr Christopher Dye a par ailleurs expliqué qu’il était pour l’instant difficile de dresser un bilan de l’épidémie, étant donné que cette dernière semble se stabiliser dans certaines régions mais a fait son apparition dans d’autres districts qui avaient été épargnés jusqu’à présent.

Les experts ont par ailleurs noté que le virus ne semblait pas connaître de mutation qui pourrait faciliter sa propagation par voie aérienne, mais Christopher Dye a jugé "possible que ce type de mutation puisse arriver".

(Avec AFP)

Fermer

Je me connecte