Syrie : premières frappes américaines et premières victimes parmi l’État islamique

Par Jeune Afrique

Un Hornet à bord du porte-avion américain George H.W. Bush, le 15 août 2014 dans le Golfe. © AFP

Les premières frappes menées mardi avant l'aube en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis ont fait plus de 20 morts parmi les combattants de l'État islamique (EI), selon le premier bilan révélé par l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

"Plus de 20 membres de l’État islamique (EI) ont été tués dans des frappes sur deux positions de l’organisation dans la province septentrionale de Raqa [en Syrie] qui ont été complètement détruites avec les véhicules qui s’y trouvaient", a rapporté le 23 septembre, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Il sagit de la première offensive des États-Unis et de leurs alliés arabes contre l’EI en Syrie. Une vingtaine de frappes contre la province syrienne de Raqa (nord) auraient été déclenchées dans la nuit depuis la mer Rouge grâce au destroyer USS Arleigh Burke et depuis le Golfe persique. Elles auraient duré environ 90 minutes.

>> Lire aussi : Que font les États voisins de la Syrie et de l’Irak contre l’EI ?

Damas informé avant les frappes

"La Syrie a été informée par les États-Unis avant le lancement des frappes sur son territoire contre l’organisation EI", a confirmé pour sa part le ministère des Affaires étrangères à Damas.

"Les Américains ont informé hier [lundi] le représentant de la Syrie auprès des Nations unies que des frappes allaient être menées contre l’organisation terroriste à Raqa", bastion de l’EI dans le nord de la Syrie, a indiqué le ministère cité par la télévision d’État.

(Avec AFP)