Le président soudanais Omar el-Béchir renonce au sommet de Riyad avec Donald Trump

Par Jeune Afrique avec AFP

Omar el-Béchir, le président soudanais, à Johannesburg, le 14 juin 2015. © Shiraaz Mohamed/AP/SIPA

Le président soudanais Omar el-Béchir a finalement décidé de ne pas se rendre au sommet des dirigeants arabes et musulmans de dimanche prochain à Riyad, en Arabie Saoudite. Le président américain Donald Trump doit en revanche y assister.

« Le président Omar el-Béchir s’est excusé auprès du roi Salman d’Arabie de ne pas pouvoir assister au sommet de Ryad », indique l’agence officielle soudanaise Suna (Sudan News Agency) qui cite ce vendredi 19 mai un communiqué de la présidence.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour génocide, Omar el-Béchir avait été invité deux jours plus tôt par les autorités saoudiennes à ce sommet qui doit avoir lieu dimanche 21 mai en présence de Donald Trump et de plusieurs dirigeants du monde arabe et musulman.

Donald Trump attendu samedi

Le président américain, qui doit prononcer à l’occasion de ce sommet un discours sur « une vision pacifique de l’islam » est attendu la veille à Riyad. Il s’agit de son premier déplacement à l’étranger depuis son entrée en fonction en janvier.

En 2005, le Conseil de sécurité de l’ONU avait demandé à la CPI d’enquêter sur les crimes au Darfour, province de l’ouest du Soudan en proie depuis plus de dix ans à un conflit qui a fait des centaines de milliers de morts.

Jamais inquiété depuis lors, Omar el-Béchir au pouvoir depuis 1989, nie fermement les accusations de la CPI. Le président soudanais se rend fréquemment en Arabie saoudite, d’autant que son pays est l’un des principaux membres d’une coalition militaire arabe sous commandement saoudien, impliquée dans la guerre au Yémen.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici