Gambie : la justice inculpe deux hommes pour l’assassinat du journaliste Deyda Hydara

Par Jeune Afrique avec AFP

L'arc de triomphe de Banjul, en Gambie, le 25 janvier 2017. © Sylvain Cherkaoui/AP/SIPA

Deux Gambiens ont été inculpés le 17 mai pour l'assassinat du journaliste Deyda Hydara à Banjul, la capitale. Les faits remontent à 2004.

Ce 17 mai, les procureurs de la police gambienne ont inculpé Kawsu Camara, un ancien colonel de l’armée, et Sanna Manjang, déserteur de l’armée, de « meurtre et complot pour commettre un meurtre » dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Deyda Hydara, il y a près de treize ans.

En fuite, les deux hommes sont réputés avoir été membres des « Jungulars » ou « Junglers », considérés comme les escadrons de la mort du régime de Yahya Jammeh, parti en exil fin janvier, après plus de 22 ans à la tête du pays.

Mandat d’arrêt auprès d’Interpol

Selon l’AFP, Sanna Manjang aurait quitté la Gambie pour la Guinée-Bissau le jour où Yahya Jammeh est parti en exil. Kawsu Camara, lui, aurait fui la Gambie pour le Sénégal voisin en 2015.

Après leur inculpation, la justice gambienne a aussi émis un mandat d’arrêt contre les deux hommes, que les autorités présenteront à Interpol ou au pays où ils se cachent afin qu’ils soient extradés.

Deyda Hydara, journaliste critique envers le régime de Yahya Jammeh, alors au pouvoir, avait été tué par balle le 16 décembre 2004 à Banjul. Cofondateur du journal privé gambien The Point, il était aussi correspondant de l’AFP et de Reporters sans frontières (RSF) en Gambie.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici